Principal / La cirrhose

Contenu anéchoïque dans la vessie ce que c'est

La cirrhose

Nb Suvorov.
Établissement de santé municipal Second City Hospital,
Cheboksary, Russie.

Introduction

L'incidence du cancer de la vessie dans le monde a une tendance à la hausse. Selon l'Organisation mondiale de la santé, le cancer de la vessie représente environ 3% de tous les néoplasmes malins. En termes de prévalence, il n'est inférieur qu'aux tumeurs de l'estomac, de l'œsophage, des poumons et du larynx. Parmi toutes les maladies oncourologiques, la tumeur de la vessie occupe la deuxième place en termes d'incidence après le cancer de la prostate. Chaque année, plus de 150 000 nouveaux cas sont enregistrés dans le monde. La prévalence du cancer de la vessie en Europe se situe au cinquième rang chez les hommes et à onze chez les femmes parmi toutes les formes de cette maladie [1]. En 1999, 11 267 cas de cancer de la vessie ont été identifiés en Russie, dont seulement 2,1% étaient des examens préventifs [2]. De toutes les formes morphologiques, le carcinome à cellules transitionnelles est le plus fréquent, représentant jusqu'à 90%. L'adénocarcinome, le carcinome épidermoïde et le carcinome épidermoïde sont inférieurs à 10%.

Il est établi que l'agent cancérigène se trouve dans l'urine et que l'épithélium de la membrane muqueuse de la vessie est sujet à la prolifération. Sous l'influence de certains types d'irritations, l'épithélium subit des modifications à la fois morphologiques et biologiques, pouvant à terme conduire à une néoplasie [4]. Le plus souvent, il se produit dans la zone du triangle et du col de la vessie, dont la structure diffère du reste.

Parmi les principaux facteurs étiologiques conduisant à l’apparition de néoplasmes de la vessie, irritants chimiques, principalement des produits à base d’aniline, troubles fonctionnels du foie, virus, perturbation du métabolisme des oligo-éléments (cuivre, argent, zinc, manganèse, etc.), maladies chroniques antérieures de la vessie (interstitielle). cystite, cystite granulaire, ulcères, leucoplasie de la vessie, calculs, diverticules, etc., ainsi que la cystite chronique causée par des parasites, notamment la schistomatose), le tabagisme, la stase urinaire, une lactate déshydrogénase cacité [4,5].

Au tout début de la maladie, les manifestations cliniques du cancer de la vessie sont rares et dépendent en grande partie du stade de la maladie, de la présence de complications et de maladies concomitantes. Les principaux symptômes des tumeurs épithéliales de la vessie sont l'hématurie (70%) et la dysurie (15 à 37%). Avec la progression du processus tumoral chez les patients présentant une douleur permanente dans la région sus-pubienne. Douleurs aggravées à la fin de la miction. L'intensité de la douleur dépend de l'emplacement et de la nature de la croissance de la tumeur. Les néoplasmes exophytiques peuvent atteindre de grandes tailles sans causer de douleur. La croissance endophyte s'accompagne d'une douleur sourde constante sur le sein et dans la cavité pelvienne. En cas de germination tumorale de la paroi de la vessie lors du passage au tissu paravésical et aux organes voisins, des symptômes de compression du bassin peuvent apparaître, se manifestant par un gonflement des membres inférieurs, un scrotum, une phlébite, une douleur du périnée, de la région lombaire et des organes génitaux.

La description des cas de diagnostic par échographie du cancer de la vessie épidermique dans la littérature est extrêmement rare. C'est pourquoi, dans l'observation soumise, nous souhaitons partager notre expérience.

Description de l'observation

Patient A., né en 1930 envoyé par un urologue pour une échographie des reins, de la vessie et de la prostate avec un diagnostic préliminaire d'adénome de la prostate, pyélonéphrite chronique. De l'anamnèse on sait que dans les 5-6 derniers mois. Dysurie notée (envie fréquente d'uriner, accompagnée de brûlures pendant la miction, pollakiurie). Plus tard, le processus de miction est devenu douloureux, des douleurs dans les régions suprapubienne et lombaire gauche sont apparues. A l'examen: état satisfaisant. Construire asthénique. La peau et les muqueuses visibles sont dans un état satisfaisant. Construire asthénique. La peau et les muqueuses visibles sont pâles. Respiration vésiculaire, pas de respiration sifflante. Le cœur étouffé sonne. Pulse 82 battements par minute. remplissage satisfaisant. BP = 140/85 mm Hg Langue humide, revêtement blanc. Symptôme de Pasternack faiblement positif à gauche. Dans l'analyse générale de l'urine donnée le jour de l'étude: la densité est de 1025, la couleur est orange foncé, l'urine est trouble, la réaction est acide, la protéine est de 1,12 g / l et les leucocytes sont âgés de 7 à 8 ans. globules rouges 15-20 p / sp. mucus, bactéries en modération.

Une échographie a révélé la photo suivante: le rein droit de la forme en forme de haricot, au contour net et uniforme, de dimensions 110 x 55 mm, d'épaisseur du parenchyme 13 mm, de bonnets simples et expansés jusqu'à 8 mm sont localisés. Le rein gauche de forme ovale, au contour lisse et bien défini, mesure 115x58 mm, le parenchyme d'épaisseur 11 mm, le système de placage pelvien en coupe est élargi, le calice jusqu'à 12 mm, le bassin 25x12 mm. Les sinus des deux reins présentent une augmentation non uniforme de l'échogénicité, la différenciation cortico-médulaire est difficile, le parenchyme présente de petites inclusions écho-positives pouvant atteindre 2 mm sans ombre acoustique. Après la vidange de la vessie, l'image échographique du CLS des deux reins reste inchangée.

Vessie: taille antéro-postérieure 8 cm, transversale - 7 cm, supérieure-inférieure - 7 cm, volume 188 cm 3. paroi - 4 mm, contenu anéchoïque. Sur la paroi latérale gauche, on visualise une formation écho-positive de forme irrégulière, aux contours irréguliers, inégaux, à structure hétérogène, avec des zones de plus haute échogénicité le long du contour en regard de la cavité vésicale, de dimensions 52x35x36 mm. La paroi de la vessie plus proche de la bouche de l'uretère gauche n'est pas clairement différenciée, lubrifiée. Volume vésical résiduel - 102 ml. (Fig. 1 a, b). Prostate: ovale, symétrique, à contour fuzzy et égal, échogénicité accrue, taille antéro-postérieure 48 mm, transverse-35 mm, supérieur-inférieur-38 mm, structure hétérogène, avec petites zones d’échogénie réduite et accrue sans contour net, avec des zones positives jusqu’à 3 mm sans ombre acoustique et avec une légère ombre acoustique. Échographie des ganglions inguinaux: à droite - sans particularités; à gauche, une seule formation hypoéchogène de forme ovale, aux contours distincts, de structure homogène, de dimensions 15x7x8 mm, est localisée; ganglions lymphatiques rétropéritonéaux - sans particularités. Conclusion: modifications diffuses du parenchyme et des sinus rénaux. Pyeloectasia à gauche. Échographie de la formation d'une vessie avec des signes d'infiltration du mur. Augmentation de l'urine résiduelle. Pour clarifier le diagnostic recommandé cystoscopie. Modifications diffuses de la prostate. Région inguinale ganglionnaire unique élargie à gauche.

Échographie de la vessie

Indications pour l'échographie de la vessie

  1. Dysurie ou mictions fréquentes.
  2. Hématurie (attendez que le saignement cesse).
  3. Inflammation récurrente (cystite) chez l'adulte; infection aiguë chez les enfants.

La préparation du patient à une échographie de la vessie est la suivante: La vessie doit être remplie. Donnez 4 ou 5 verres de liquide au patient et effectuez un examen une heure après (ne lui permettez pas d'uriner). Si nécessaire, vous pouvez remplir la vessie à travers le cathéter avec une solution saline stérile: le remplissage doit être interrompu lorsque le patient ressent une gêne. Si possible, évitez le cathétérisme en raison du risque d'infection.

Commencez par des coupes transversales allant de la symphyse au nombril. Passez ensuite à la section longitudinale d'un côté à l'autre de l'abdomen.

Ceci est généralement suffisant, mais avec une telle technique de numérisation, il est difficile de visualiser les parois latérale et frontale de la vessie. Il peut donc être nécessaire de faire pivoter le patient de 30 à 45 ° pour obtenir une image optimale de ces zones.

La vessie remplie est visualisée comme une grande structure anéchoïque émergeant du petit bassin. Au début de l'étude, déterminez l'état (uniformité) du contour intérieur et la symétrie dans les sections transversales. L'épaisseur de la paroi de la vessie varie en fonction du degré de remplissage de la vessie, mais il en est de même dans tous les départements.

L'échographie de la vessie à l'aide d'une méthode non invasive est réalisée à travers la paroi abdominale antérieure avec une vessie remplie (au moins 150 ml d'urine). Normalement, dans les balayages transversaux, il est visualisé comme une formation écho-négative (fluide) de forme arrondie (sur les balayages longitudinaux - ovoïde), symétrique, avec des contours clairs et uniformes et un contenu uniforme, sans échostructures internes. La paroi vésicale distale (par rapport au capteur) est un peu plus facile à déterminer, ce qui est associé à l’amplification des ondes ultrasonores réfléchies à sa limite distale, associée au contenu fluide dans l’organe.

L'épaisseur de paroi de la vessie inchangée dans toutes ses parties est la même et se situe entre 0,3 et 0,5 cm.Les méthodes ultrasonores invasives, transrectales et intravésicales (transurétrale), permettent d'évaluer les modifications de la paroi de la vessie plus en détail. En échographie transrectale, seuls le col de la vessie et les organes du petit bassin adjacents sont clairement visibles. Lors de l'échographie intravesicale avec des capteurs intracavitaires spéciaux effectués le long de l'urètre, il est possible d'étudier plus en détail les formations pathologiques et la structure de la paroi de la vessie. De plus, dans ce dernier cas, on peut différencier les couches.

Une mauvaise vidange de la vessie signifie un processus inflammatoire aigu, ainsi qu'une infection existante ou récurrente. La prévalence de la calcification ne correspond pas à l'activité de la schistosomiase, et la calcification peut diminuer au cours des stades avancés de la maladie. Néanmoins, la paroi de la vessie reste épaissie et mal étirée. Dans le même temps, l'hydronéphrose peut apparaître.

Sur les échogrammes de la tumeur de la vessie sont représentés par des formations de différentes tailles, faisant généralement saillie dans la cavité organique, avec un contour irrégulier, une forme souvent bizarre ou arrondie et une échostructure hétérogène.

Le diagnostic différentiel de la tumeur doit être réalisé avec des caillots sanguins dans la vessie. En règle générale, la tumeur est caractérisée par une hypervascularisation détectable par Doppler.

En cas d'inflammation aiguë de la vessie, l'échographie ne fournit généralement pas les informations nécessaires. Cependant, dans certains cas, ainsi que dans les cas de cystite chronique, il est possible de détecter un épaississement de la paroi, une rugosité du contour et parfois une asymétrie de la vessie.

L'échographie fournit une aide importante dans le diagnostic des diverticules et des calculs vésicaux, ainsi que de l'uretère.

À l'aide de l'échographie Doppler, vous pouvez visualiser l'écoulement de l'urine par la bouche de l'uretère et procéder à son évaluation quantitative. Donc En raison de l'occlusion complète du VMP avec la cartographie Doppler couleur, il n'y a pas d'émission d'urine de la bouche correspondante. Lorsque l'écoulement de l'urine du rein est altéré, mais partiellement préservé, lors de la libération d'un bol d'urine par l'orifice urétéral correspondant, une diminution de son débit et une modification du spectre de ce dernier sont déterminées. Normalement, le spectre des débits des émissions urétérales est présenté sous forme de pics, et le débit maximum de l'urine est en moyenne égal à 14,7 cm / s.

Si la vessie est endommagée, une échographie permet de détecter le flux urinaire paravésical lors de la rupture extra-péritonéale de l'urine ou d'un liquide dans la cavité abdominale lors de lésions intra-péritonéales. Cependant, le diagnostic final ne peut être établi qu’à l’aide de méthodes radiologiques.

Qu'est-ce que l'apparence de suspension dans la vessie?

La suspension (particules microscopiques) dans le contenu de la vessie n'est pas une pathologie aussi rare. Du sable et des pierres plus grosses peuvent ensuite se former à partir de ces particules.

La formation de sable et de cailloux dans la vessie ne s'accompagne pas toujours de symptômes prononcés, comme dans le cas de la lithiase urinaire. Souvent, cette pathologie est découverte par hasard lors d'examens de laboratoire ou d'instruments destinés à identifier d'autres maladies. Cela est dû aux caractéristiques anatomiques de l'organe.

Types et causes de

L'éducation dans la vessie - deux types:

  1. Primaire - cette suspension, formée directement dans la bulle. Ils apparaissent en raison de concentrations excessives d'acide urique, ce qui provoque un retard naturel du flux d'urine. Une concentration élevée d'urine, résultant d'une stagnation prolongée, conduit à une suspension sur les parois de la muqueuse. La raison en est la présence de sédiments salés (oxalates, phosphates, urates) dans l’urine.
  2. Secondaire - particules qui pénètrent dans l'urinaire à partir de l'uretère. La cause principale est souvent l'apparition de sable dans les reins. Il est important de mener correctement des activités de diagnostic pour découvrir ce qui a conduit à l'apparition de sable dans les urines. L'adéquation du traitement en dépend.

Quelles sont les causes du sable dans la vessie sont encore connues:

  • inflammation du système urinaire, par exemple, lorsque la cystite urinaire forme une suspension fine dont la taille des particules est de 0,005 mm;
  • pénétration de corps étrangers dans la cavité de l'organe;
  • la schistosomiase;
  • interventions chirurgicales;
  • épaississement des parois du corps;
  • consommation excessive de sel et de liquides;
  • violation des processus métaboliques;
  • maladie rénale;
  • déshydratation.

Les symptômes

Les principaux symptômes qui apparaissent lorsqu'un précipité apparaît dans la vessie sont les suivants:

  • douleur en urinant;
  • appel pressant aux toilettes;
  • jet intermittent pendant la vidange de la vessie;
  • changements dans les propriétés physiques de l'urine: couleur, odeur, transparence;
  • l'apparition de sang dans l'urine.

Ces signes ne sont pas exclusifs et se produisent avec d'autres maladies du système génito-urinaire, de sorte que seul un spécialiste peut poser un diagnostic en fonction des résultats de l'étude.

La présence de sédiments chez les hommes a un effet négatif sur la fonction sexuelle, car la vessie peut exercer une pression sur la prostate.

Si la suspension est contenue dans une quantité significative, il peut y avoir des douleurs qui ressemblent à des coliques néphrétiques.

La suspension dans la vessie, trouvée chez un enfant, n'est pas toujours une preuve de pathologie. Cela peut être un processus qui ne pose aucun risque pour la santé. Il est important que l’enfant n’éprouve aucune gêne ou douleur.

Diagnostics

Examens prescrits au patient pour déterminer la cause de l’état pathologique:

  • analyses d'urine et de sang;
  • Échographie;
  • tomographie par ordinateur;
  • pyélographie intraveineuse.

L'échographie de la vessie permet non seulement d'identifier le sédiment qui s'y trouve, mais également de déterminer la quantité de matières en suspension et de pierres, si les pierres ont déjà commencé à se former. Des analyses de sang et d'urine déterminent la composition des formations.

L'échographie est recommandée pour le diagnostic, car cette méthode permet d'identifier diverses comorbidités qui affectent la santé globale du patient. Une telle évaluation détaillée vous permet d’attribuer un schéma thérapeutique individuel qui sera efficace pour un patient particulier.

Avec l'aide de l'échographie, vous pouvez déterminer les causes qui ont conduit à la pathologie.

En plus des ultrasons, des méthodes telles que la tomodensitométrie et la pyélographie intraveineuse sont utilisées.

Méthodes de traitement

Les principes sur lesquels repose la thérapie sont l’élimination de l’inflammation, le nettoyage de l’organe malade et le renforcement général du corps du patient.

Si le précipité a été transformé en calcul, on prescrit non seulement des médicaments ayant des effets anti-inflammatoires, mais aussi des médicaments qui contribuent à sa dissolution.

Pendant le traitement, les types de médicaments suivants sont utilisés: antibactérien, à base d'ingrédients à base de plantes, de vitamines et d'herbes.

Par exemple, pour éliminer le processus inflammatoire dans les voies urinaires, il est recommandé de prendre des décoctions de feuilles de bouleau, de camomille, de prêle, ainsi que de boissons à base de canneberges et d’airelles.

Pour rendre le traitement aussi efficace que possible, il est nécessaire d’exclure les produits irritant les muqueuses et favorisant la formation de sels dans l’alimentation du patient. Vous devez également abandonner les boissons alcoolisées.

Lorsque les premiers signes d’un problème apparaissent, vous ne devez pas différer la visite chez le médecin. Les examens préventifs sont recommandés au moins une fois tous les six mois. Cela aidera à éviter les problèmes avec le système urinaire, y compris l'apparition d'une suspension dans la vessie.

Cavité de la vessie anéchoïque c'est quoi

Échographie de la vessie

Indications pour l'échographie de la vessie

  1. Dysurie ou mictions fréquentes.
  2. Hématurie (attendez que le saignement cesse).
  3. Inflammation récurrente (cystite) chez l'adulte; infection aiguë chez les enfants.

La préparation du patient à une échographie de la vessie est la suivante: La vessie doit être remplie. Donnez 4 ou 5 verres de liquide au patient et effectuez un examen une heure après (ne lui permettez pas d'uriner). Si nécessaire, vous pouvez remplir la vessie à travers le cathéter avec une solution saline stérile: le remplissage doit être interrompu lorsque le patient ressent une gêne. Si possible, évitez le cathétérisme en raison du risque d'infection.

Commencez par des coupes transversales allant de la symphyse au nombril. Passez ensuite à la section longitudinale d'un côté à l'autre de l'abdomen.

Ceci est généralement suffisant, mais avec une telle technique de numérisation, il est difficile de visualiser les parois latérale et frontale de la vessie. Il peut donc être nécessaire de faire pivoter le patient de 30 à 45 ° pour obtenir une image optimale de ces zones.

La vessie remplie est visualisée comme une grande structure anéchoïque émergeant du petit bassin. Au début de l'étude, déterminez l'état (uniformité) du contour intérieur et la symétrie dans les sections transversales. L'épaisseur de la paroi de la vessie varie en fonction du degré de remplissage de la vessie, mais il en est de même dans tous les départements.

L'échographie de la vessie à l'aide d'une méthode non invasive est réalisée à travers la paroi abdominale antérieure avec une vessie remplie (au moins 150 ml d'urine). Normalement, dans les balayages transversaux, il est visualisé comme une formation écho-négative (fluide) de forme arrondie (sur les balayages longitudinaux - ovoïde), symétrique, avec des contours clairs et uniformes et un contenu uniforme, sans échostructures internes. La paroi vésicale distale (par rapport au capteur) est un peu plus facile à déterminer, ce qui est associé à l’amplification des ondes ultrasonores réfléchies à sa limite distale, associée au contenu fluide dans l’organe.

L'épaisseur de paroi de la vessie inchangée dans toutes ses parties est la même et se situe entre 0,3 et 0,5 cm.Les méthodes ultrasonores invasives, transrectales et intravésicales (transurétrale), permettent d'évaluer les modifications de la paroi de la vessie plus en détail. En échographie transrectale, seuls le col de la vessie et les organes du petit bassin adjacents sont clairement visibles. Lors de l'échographie intravesicale avec des capteurs intracavitaires spéciaux effectués le long de l'urètre, il est possible d'étudier plus en détail les formations pathologiques et la structure de la paroi de la vessie. De plus, dans ce dernier cas, on peut différencier les couches.

Une mauvaise vidange de la vessie signifie un processus inflammatoire aigu, ainsi qu'une infection existante ou récurrente. La prévalence de la calcification ne correspond pas à l'activité de la schistosomiase, et la calcification peut diminuer au cours des stades avancés de la maladie. Néanmoins, la paroi de la vessie reste épaissie et mal étirée. Dans le même temps, l'hydronéphrose peut apparaître.

Sur les échogrammes de la tumeur de la vessie sont représentés par des formations de différentes tailles, faisant généralement saillie dans la cavité organique, avec un contour irrégulier, une forme souvent bizarre ou arrondie et une échostructure hétérogène.

Le diagnostic différentiel de la tumeur doit être réalisé avec des caillots sanguins dans la vessie. En règle générale, la tumeur est caractérisée par une hypervascularisation détectable par Doppler.

En cas d'inflammation aiguë de la vessie, l'échographie ne fournit généralement pas les informations nécessaires. Cependant, dans certains cas, ainsi que dans les cas de cystite chronique, il est possible de détecter un épaississement de la paroi, une rugosité du contour et parfois une asymétrie de la vessie.

L'échographie fournit une aide importante dans le diagnostic des diverticules et des calculs vésicaux, ainsi que de l'uretère.

À l'aide de l'échographie Doppler, vous pouvez visualiser l'écoulement de l'urine par la bouche de l'uretère et procéder à son évaluation quantitative. Donc En raison de l'occlusion complète du VMP avec la cartographie Doppler couleur, il n'y a pas d'émission d'urine de la bouche correspondante. Lorsque l'écoulement de l'urine du rein est altéré, mais partiellement préservé, lors de la libération d'un bol d'urine par l'orifice urétéral correspondant, une diminution de son débit et une modification du spectre de ce dernier sont déterminées. Normalement, le spectre des débits des émissions urétérales est présenté sous forme de pics, et le débit maximum de l'urine est en moyenne égal à 14,7 cm / s.

Si la vessie est endommagée, une échographie permet de détecter le flux urinaire paravésical lors de la rupture extra-péritonéale de l'urine ou d'un liquide dans la cavité abdominale lors de lésions intra-péritonéales. Cependant, le diagnostic final ne peut être établi qu’à l’aide de méthodes radiologiques.

Que signifie un rapport médical - formations anéchoïques dans les reins

L'écho est l'intensité de la réflexion du son provenant des tissus d'un organe. Plus le tissu est dense, plus il est réfléchi et inversement. L'anomalie des organes provoquée par leur remplissage en eau, air, pus, révélée par ultrasons, s'appelle anéchoïque. Cette pathologie a principalement une structure kystique.

Sur l'écran, le diagnostic apparaît sous forme de points noirs sur les reins ou autour d'eux, de tailles différentes, dont l'ampleur dépend du degré d'inflammation.

Les phases initiales du développement d'un processus infectieux se déroulent sans signes spéciaux, mais certains symptômes doivent alerter le patient et provoquer une visite chez le médecin.

Ce qui devrait faire attention

Ce diagnostic peut être posé en cas d'anomalies rénales causées par une hémorragie intracystique, une tumeur ou un kyste.

L'éducation des données dans les reins - une pathologie assez commune, caractérisée par:

  • douleur sourde dans la région lombaire ou sous-costale, aggravée par l'effort physique;
  • apparition de sang dans les urines (hématurie);
  • hypertension artérielle;
  • des nausées;
  • malaise général.

Alors, regardez les kystes multiples échographiques sur le rein.

Un kyste peut être simple, multiple, primaire ou secondaire, congénital ou acquis.

La raison de l'apparition de cette dernière espèce est une infection des reins, ou du système urinaire.

Le résultat de l'échographie dans cette maladie se manifeste sous la forme de taches arrondies à parois minces de différentes tailles et aux contours nets. Au début de la maladie, ils sont petits. À la fin - peut dépasser 3 cm, ce qui est dangereux pour la santé.

Que disent les inclusions anéchoïques de l’échographie?

Les petites formations anéchoïques sur les reins ne sont généralement pas dangereuses pour le patient. Ils indiquent des processus inflammatoires mineurs qui peuvent être traités rapidement.

Gros - diagnostiquer des kystes de différents types:

  1. Solitaire ayant une forme arrondie sans sur-serrage et conduits de liaison, remplis de liquide séreux. Où souvent il y a des traînées de sang ou de pus.
  2. Polykystique. touchant la plupart des deux organes du néphro.
  3. Multicystique se développant dans le rein ou sa moelle épinière (rein spongieux).
  4. Dermoïde caractéristique de la présence de divers composants: cheveux, cellules de la peau, couches grasses, etc.

Au cours de l'échographie, les lésions bénignes apparaissent multiples (forme polykystique) ou de grandes taches simples. Ceci est une déclaration de l'anomalie des organes néphros qui sont sujets au processus inflammatoire, dans lequel le parenchyme ne change pas.

Les tumeurs bénignes secondaires sur le moniteur sont représentées par des contours inégaux autour des cicatrices tissulaires ayant une structure interne altérée.

Le kyste provoqué par une infection à échinocoques a également une configuration inégale, parfois épaissie, avec des membranes internes et des cloisons. Une telle image est appelée par les médecins # 171; Lys flottants # 187;

L'accumulation de pus (abcès) se traduit par des taches rondes à bords déchiquetés et des murs épais. La poussée sombre péri-rénale est une conséquence possible d'un hématome ou d'une tumeur maligne.

Les grandes contours anéchoïques peuvent être un signe: carcinomes, adénomes, autres types de tumeurs. Parfois, cela indique une nécrose, une calcification, des métastases.

Ainsi, le cancer (cancer) se manifeste sous la forme de paramètres irréguliers sans capsules, qui diagnostiquent la structure négative de la masse. Parfois, une pseudocapsule est manifestée visuellement, elle est formée par un parenchyme serré autour d'un néoplasme malin, qui, en grandissant, dépasse les limites de la silhouette rénale.

Souvent, des composants hyperéchogènes sont fixés sur les zones centrales ou périphériques de la tumeur - compactage excessif des structures tissulaires qui réfléchissent bien les ondes sonores. Sur l'ordinateur, ils ont des reflets blancs.

Des taches blanches de formes arrondies et lisses sans fixation de formation maligne indiquent la présence de sable ou de cailloux. Traces fantômes - présence de gaz ou accumulation de sels de calcium.

Les métastases se manifestent sous la forme de matériaux réfléchissants pour le son, de différentes tailles et formes, principalement dans la partie racinaire des reins.

Quoi d'autre capture l'image ultrasonore

Les reflets sombres proches du rein du contour correct sont les conséquences possibles d'un hématome pour lequel la zone du parenchyme hypoéchogène est indiquée. Lorsque saigne sa surface augmente. Lors de la coagulation du sang, la forme ne reflète pas l’onde sonore.

Les contours sombres identifiés par échographie peuvent être le résultat d'un long processus inflammatoire, accompagné d'une accumulation de liquide purulent, qui entraîne avec le temps des conséquences indésirables, telles que:

  1. Rupture d'un kyste avec un grand saignement.
  2. Presser le parenchyme rénal, ce qui contribue à la violation du fonctionnement stable.
  3. Le développement de la néphropathie.

L'emplacement des taches sur l'image peut indiquer la maladie et d'autres organes. Ainsi, selon les médecins, la tache située au-dessus du système urinaire et excréteur permet de diagnostiquer une tumeur bénigne de la rate ou du foie.

Cavité anéchoïque à l'échographie sous la forme d'une tache sombre

Une pathologie anéchoïque précise ne peut être établie que par un spécialiste à partir des résultats d'un examen approfondi. Pour ce faire, le médecin peut également prescrire: une analyse générale et biochimique du sang, de l'urine, une fluoroscopie, une imagerie par résonance magnétique ou par ordinateur. Dans des cas exceptionnels - examen cytologique.

Examen complet - une garantie d'un traitement correct.

Se débarrasser des formations anéchoïques

La plupart des formations kystiques qui passent sans modification de la structure des tissus et en l'absence d'hémorragies et de difficultés à uriner n'ont pas besoin de traitement. Cependant, le déroulement du processus d'infection devrait être sous la surveillance de spécialistes. Pour ce faire, il est conseillé de faire une échographie au moins deux fois par an, afin de donner du sang et de l'urine pour analyse.

Si la tumeur a provoqué des complications telles qu'une pyélonéphrite de différents types, une lithiase urinaire, une hypertension artérielle, le patient reçoit un traitement immédiat.

En fonction de la taille et du degré d'inflammation, le médecin peut suggérer le retrait à l'aide d'une ponction du contenu du kyste et son drainage ultérieur ou une exérèse chirurgicale.

La laparoscopie est l’une des méthodes opérationnelles efficaces. L'élimination est réalisée avec la prise ultérieure de médicaments, de vitamines et de minéraux dotés d'une action antibactérienne et immunostimulante qui normalise la fonction des reins et des vaisseaux sanguins.

Plus tôt le patient sollicite l'aide d'un médecin, plus vite il se rétablira.

Est-il possible de prévenir une anomalie rénale?

  1. Mode de vie sain.
  2. Nutrition équilibrée.
  3. Cesser de fumer.
  4. Traitement opportun des maladies infectieuses.
  5. Examens médicaux systématiques.

Diagnostic n ° 171; formations anéchoïques n ° 187; - pas une phrase, mais une raison pour un examen plus complet et un traitement précoce.

Nb Suvorov.
Établissement de santé municipal Second City Hospital,
Cheboksary, Russie.

Introduction

L'incidence du cancer de la vessie dans le monde a une tendance à la hausse. Selon l'Organisation mondiale de la santé, le cancer de la vessie représente environ 3% de tous les néoplasmes malins. En termes de prévalence, il n'est inférieur qu'aux tumeurs de l'estomac, de l'œsophage, des poumons et du larynx. Parmi toutes les maladies oncourologiques, la tumeur de la vessie occupe la deuxième place en termes d'incidence après le cancer de la prostate. Chaque année, plus de 150 000 nouveaux cas sont enregistrés dans le monde. La prévalence du cancer de la vessie en Europe se situe au cinquième rang chez les hommes et à onze chez les femmes parmi toutes les formes de cette maladie [1]. En 1999, 11 267 cas de cancer de la vessie ont été identifiés en Russie, dont seulement 2,1% étaient des examens préventifs [2]. De toutes les formes morphologiques, le carcinome à cellules transitionnelles est le plus fréquent, représentant jusqu'à 90%. L'adénocarcinome, le carcinome épidermoïde et le carcinome épidermoïde sont inférieurs à 10%.

Il est établi que l'agent cancérigène se trouve dans l'urine et que l'épithélium de la membrane muqueuse de la vessie est sujet à la prolifération. Sous l'influence de certains types d'irritations, l'épithélium subit des modifications à la fois morphologiques et biologiques, pouvant à terme conduire à une néoplasie [4]. Le plus souvent, il se produit dans la zone du triangle et du col de la vessie, dont la structure diffère du reste.

Parmi les principaux facteurs étiologiques conduisant à l’apparition de néoplasmes de la vessie, irritants chimiques, principalement des produits à base d’aniline, troubles fonctionnels du foie, virus, perturbation du métabolisme des oligo-éléments (cuivre, argent, zinc, manganèse, etc.), maladies chroniques antérieures de la vessie (interstitielle). cystite, cystite granulaire, ulcères, leucoplasie de la vessie, calculs, diverticules, etc., ainsi que la cystite chronique causée par des parasites, notamment la schistomatose), le tabagisme, la stase urinaire, une lactate déshydrogénase cacité [4,5].

Au tout début de la maladie, les manifestations cliniques du cancer de la vessie sont rares et dépendent en grande partie du stade de la maladie, de la présence de complications et de maladies concomitantes. Les principaux symptômes des tumeurs épithéliales de la vessie sont l'hématurie (70%) et la dysurie (15 à 37%). Avec la progression du processus tumoral chez les patients présentant une douleur permanente dans la région sus-pubienne. Douleurs aggravées à la fin de la miction. L'intensité de la douleur dépend de l'emplacement et de la nature de la croissance de la tumeur. Les néoplasmes exophytiques peuvent atteindre de grandes tailles sans causer de douleur. La croissance endophyte s'accompagne d'une douleur sourde constante sur le sein et dans la cavité pelvienne. En cas de germination tumorale de la paroi de la vessie lors du passage au tissu paravésical et aux organes voisins, des symptômes de compression du bassin peuvent apparaître, se manifestant par un gonflement des membres inférieurs, un scrotum, une phlébite, une douleur du périnée, de la région lombaire et des organes génitaux.

La description des cas de diagnostic par échographie du cancer de la vessie épidermique dans la littérature est extrêmement rare. C'est pourquoi, dans l'observation soumise, nous souhaitons partager notre expérience.

Description de l'observation

Patient A., né en 1930 envoyé par un urologue pour une échographie des reins, de la vessie et de la prostate avec un diagnostic préliminaire d'adénome de la prostate, pyélonéphrite chronique. De l'anamnèse on sait que dans les 5-6 derniers mois. Dysurie notée (envie fréquente d'uriner, accompagnée de brûlures pendant la miction, pollakiurie). Plus tard, le processus de miction est devenu douloureux, des douleurs dans les régions suprapubienne et lombaire gauche sont apparues. A l'examen: état satisfaisant. Construire asthénique. La peau et les muqueuses visibles sont dans un état satisfaisant. Construire asthénique. La peau et les muqueuses visibles sont pâles. Respiration vésiculaire, pas de respiration sifflante. Le cœur étouffé sonne. Pulse 82 battements par minute. remplissage satisfaisant. BP = 140/85 mm Hg Langue humide, revêtement blanc. Symptôme de Pasternack faiblement positif à gauche. Dans l'analyse générale de l'urine donnée le jour de l'étude: la densité est de 1025, la couleur est orange foncé, l'urine est trouble, la réaction est acide, la protéine est de 1,12 g / l et les leucocytes sont âgés de 7 à 8 ans. globules rouges 15-20 p / sp. mucus, bactéries en modération.

Une échographie a révélé la photo suivante: le rein droit de la forme en forme de haricot, au contour net et uniforme, de dimensions 110 x 55 mm, d'épaisseur du parenchyme 13 mm, de bonnets simples et expansés jusqu'à 8 mm sont localisés. Le rein gauche de forme ovale, au contour lisse et bien défini, mesure 115x58 mm, le parenchyme d'épaisseur 11 mm, le système de placage pelvien en coupe est élargi, le calice jusqu'à 12 mm, le bassin 25x12 mm. Les sinus des deux reins présentent une augmentation non uniforme de l'échogénicité, la différenciation cortico-médulaire est difficile, le parenchyme présente de petites inclusions écho-positives pouvant atteindre 2 mm sans ombre acoustique. Après la vidange de la vessie, l'image échographique du CLS des deux reins reste inchangée.

Vessie: taille antéro-postérieure 8 cm, transversale - 7 cm, supérieure-inférieure - 7 cm, volume 188 cm 3. paroi - 4 mm, contenu anéchoïque. Sur la paroi latérale gauche, on visualise une formation écho-positive de forme irrégulière, aux contours irréguliers, inégaux, à structure hétérogène, avec des zones de plus haute échogénicité le long du contour en regard de la cavité vésicale, de dimensions 52x35x36 mm. La paroi de la vessie plus proche de la bouche de l'uretère gauche n'est pas clairement différenciée, lubrifiée. Volume vésical résiduel - 102 ml. (Fig. 1 a, b). Prostate: ovale, symétrique, à contour fuzzy et égal, échogénicité accrue, taille antéro-postérieure 48 mm, transverse-35 mm, supérieur-inférieur-38 mm, structure hétérogène, avec petites zones d’échogénie réduite et accrue sans contour net, avec des zones positives jusqu’à 3 mm sans ombre acoustique et avec une légère ombre acoustique. Échographie des ganglions inguinaux: à droite - sans particularités; à gauche, une seule formation hypoéchogène de forme ovale, aux contours distincts, de structure homogène, de dimensions 15x7x8 mm, est localisée; ganglions lymphatiques rétropéritonéaux - sans particularités. Conclusion: modifications diffuses du parenchyme et des sinus rénaux. Pyeloectasia à gauche. Échographie de la formation d'une vessie avec des signes d'infiltration du mur. Augmentation de l'urine résiduelle. Pour clarifier le diagnostic recommandé cystoscopie. Modifications diffuses de la prostate. Région inguinale ganglionnaire unique élargie à gauche.

Astuce 1: Quel est le contenu anéchoïque

Qu'entend-on par contenu anéchoïque

Le terme "contenu anéchoïque" est indiqué par le médecin uziste dans la description dans les cas où il ne peut pas comprendre précisément ce qu'il voit devant lui. Comprendre la nature de cette entité est la prérogative du thérapeute ou autre médecin ayant commandé l’étude.

Parfois, à côté de la mention de la présence de certains contenus, des parenthèses sont indiquées et les options sont écrites. Dans certains cas, pour déterminer la formation nécessitera une nouvelle échographie.
Les médecins ne recommandent pas l'autodiagnostic et courent paniqués pour vérifier chaque patch, ce qui était reflété sur l'image échographique. Laissez les professionnels comprendre mieux.

Il faut garder à l’esprit que par contenu anéchoïque, on entend des substances complètement différentes. Par exemple, ils peuvent être:
- capsules liquides;
- les vaisseaux sanguins;
- tumeurs denses et beaucoup plus.

Dans ce cas, le contenu anéchoïque n'est pas considéré comme un diagnostic indépendant. Ce n'est même pas appelé un symptôme. Cela fait simplement partie de l’étude selon laquelle le médecin qui vous observe peut avoir une idée de l’état des organes internes.

À l'échographie, les formations anéchoïques ressemblent à des taches sombres. Cela est dû au fait que l’éducation ne reflète pas la lumière et n’est donc pas mise en évidence. Donc, il suffit de calculer la taille de la masse anéchoïque, ce qui est également très important pour le diagnostic.

Que faire

Rien de spécial à faire. Du moins, jusqu’à ce qu’un diagnostic complet et détaillé soit réalisé avec une définition précise de la nature du contenu. S'il s'agit simplement d'un liquide, il peut se dissoudre avec le temps. Si c'est une sorte de néoplasme, il doit être vérifié par le médecin avec diverses manipulations à sa disposition, y compris celles invasives.

Il est impossible de guérir le contenu anéchoïque seul - personne n'a inventé de pilules et de mélanges de celle-ci et ne va pas les inventer.

Le contenu anéchoïque peut être noté et visualisé sur l'image ultrasonore de la lumière dans différents organes: vésicule biliaire, utérus, ovaires, etc. Il n'y a pas de motif.

Astuce 2: Comment voir le contenu

  • - câble pour connecter le téléphone à l'ordinateur.

Astuce 3: Quelle est la prérogative

Histoire du terme "prérogative"

Le mot «prérogative» est apparu à l'époque de la Rome antique, à l'époque de l'ancien roi romain Servius Tullius, au 6ème siècle avant notre ère. Le roi a publié un décret selon lequel tous les citoyens romains à part entière, en fonction de la sécurité et de la position dans la société, étaient divisés en certaines catégories de biens.

Chacune de ces classes était obligée, si nécessaire, de regrouper un certain nombre de soldats armés, réunis en unités, appelés "centuria". Par conséquent, tout citoyen romain à l'âge de la majorité était affecté à l'un des siècles de sa classe.

Le vote sur des questions importantes concernant les affaires publiques figurait également sur les listes de ces centurias. Quelques centuria appartenant aux classes supérieures, le roi Servius Tullius a donné le droit de proposer de nouvelles lois. Ces centurias ont commencé à porter le titre honorifique de «prérogative». Au fil du temps, ce droit a été considéré comme un anachronisme et, à l’époque de l’Empire, il a été complètement oublié.

Ce qui par la suite a commencé à signifier le terme "prérogative"

Au Moyen Âge, le terme "prérogative" commençait à être compris comme le droit accordé au monarque ou à un autre haut responsable de l'État. Seule une telle personne peut convoquer ou dissoudre le Parlement, approuver un acte législatif, gracier le criminel condamné, déclarer la guerre ou ordonner le début des pourparlers de paix, etc. C'est-à-dire que même dans les pays où le pouvoir du parlement était puissant (par exemple en Angleterre), le chef de l'État jouissait de droits très étendus. Bien qu'il ne l'utilise pas toujours pleinement, en fonction des circonstances. C'est-à-dire que dans l'Europe médiévale, le terme «prérogative» impliquait le droit de préemption du détenteur du pouvoir suprême.

À partir du milieu du XIXe siècle environ, le sens du mot «prérogative» s’est considérablement élargi. Désormais, cela signifie tout droit de préemption, indépendamment de qui et sur quelle base il appartient. Ce droit pourrait s’appliquer à la fois aux personnes privées et aux personnes morales, ainsi qu’à l’État ou à l’Union des États. Une telle signification du terme «prérogative» a été préservée à ce jour.

On peut dire que le terme «prérogative» désigne un droit exclusif appartenant à un organe officiel, par exemple le parlement, la Douma d'Etat.

Interprétation de l'échographie de la vessie: norme et pathologie

Pour un diagnostic correct, la prescription d'un traitement médicamenteux et simplement l'évaluation de l'état de la vessie, l'urologue a besoin des données d'un examen échographique du patient. Mais pour le patient lui-même, l'examen n'est pas moins important car la vessie à échogénicité normale peut également présenter des problèmes cachés. De plus, seule l’échographie de la vessie vous permet d’identifier et de corriger la pathologie impossible à détecter sans l’aide d’une échographie.

Norma

Dans le cadre de l'interprétation des résultats du diagnostic par ultrasons, plusieurs paramètres qui influent sur le diagnostic revêtent une importance particulière. Considérez leurs caractéristiques normales et pathologiques.

Vidéo 1. La vessie à l'échographie est normale.

Formulaire

Le niveau de remplissage, ainsi que l'état des organes adjacents, ont un effet significatif sur la forme de l'urée. Les images transversales nous montrent une forme arrondie et longitudinale - un organe de forme ovale. Les limites d’une vessie en bonne santé sont définies visuellement comme étant claires et nettes.

Caractéristiques du corps chez la femme

Pour les femmes, la forme de l'urée varie selon que la femme est enceinte ou non au moment de l'examen.

La vessie d'une femme diffère de celle d'un homme sous une forme plus courte mais plus large, que le diagnosticien doit nécessairement prendre en compte lors du déchiffrement des données de recherche.

La structure

La structure normale de la vessie est écho-négative (anéchoïque), mais l’échogénicité augmente avec l’âge. Cela est dû à une inflammation chronique, qui laisse des traces sur l'état de l'organe chez les patients âgés.

Volume

En moyenne, la capacité en urée des femmes est inférieure de 100 à 200 ml à celle des hommes et varie de 250 à 550 ml (alors que le volume de la vessie est de 350 à 750 ml). De plus, les parois du corps sont capables de s’étirer. Ainsi, chez les hommes grands et grands, le volume de la vessie peut atteindre 1 litre. (à l'état rempli).

La vessie de l'enfant a ses propres caractéristiques: son volume augmente à mesure que l'enfant grandit. Normes d'âge du volume de la vessie chez les enfants en bonne santé:

  • bébés (jusqu'à 1 an) - 35 à 50 ml;
  • de 1 à 3 ans - 50-70 ml;
  • de 3 à 5 ans - 70-90 ml;
  • de 5 à 8 ans - 100-150 ml;
  • de 9 à 10 ans - 200-270 ml;
  • de 11 à 13 ans - 300-350 ml.

Si un diagnostic échographique révèle une augmentation ou une diminution d'un organe, un examen plus détaillé du jeune patient est nécessaire pour déterminer les causes de ce phénomène.

Murs de bulles

Ses parois doivent être uniformes sur toute la surface du corps, avec une épaisseur de 2 à 4 mm (l'épaisseur dépend directement du degré de remplissage du corps). Si le médecin a remarqué à l'échographie un amincissement local du mur ou de son sceau, cela pourrait être une preuve de la pathologie qui a commencé.

Urine résiduelle

Un facteur important à étudier lors d'une échographie est la quantité d'urine restante dans la cavité vésicale après avoir utilisé les toilettes.

Normalement, l'indicateur de résidu d'urine ne doit pas dépasser 10% du volume total du corps: une moyenne de 50 ml.

Comment calculer le volume?

Habituellement, la mesure du volume de la vessie a lieu lors d’un examen par ultrasons utilisant un appareil à ultrasons mobile. La capacité d’un organe peut être calculée automatiquement: pour cela, le médecin doit connaître des paramètres tels que le volume (V), la largeur (B), la longueur (L) et la hauteur (H) de la vessie.

Pour le calcul, la formule est utilisée V = 0.75хВхLхН

Que regardent-ils?

Lors de l'examen échographique de la vessie, entre autres choses, faites attention à:

  • hématurie (la présence de particules de sang dans l'urine, en particulier chez les enfants);
  • spermatozoïdes dans l'urine de patients masculins (cela peut impliquer de jeter le contenu des glandes génitales dans l'urée).

Pathologies

Lors du décodage des données échographiques, il est possible de détecter des anomalies graves nécessitant un traitement immédiat pour éviter les complications.

Sédiments dans l'urine (flocons et suspension)

Dans l'analyse de l'urine ou lors de l'échographie de la vessie, le patient peut présenter des flocons et des suspensions, qui sont un mélange de différentes cellules (érythrocytes, leucocytes ou cellules épithéliales). Dans l'urée peut obtenir des cellules des parois de l'urètre, et cela ne signifie pas une pathologie. Cependant, les sédiments dans l'urine peuvent également indiquer le développement de certaines maladies, telles que:

  • pyélonéphrite (inflammation, souvent de nature bactérienne);
  • néphrose (tout un groupe de maladies rénales);
  • la cystite (maladie inflammatoire de la vessie);
  • glomérulonéphrite (lésion des glomérules);
  • la tuberculose (la cause de cette maladie infectieuse grave est la baguette de Koch);
  • urétrite (processus inflammatoire dans l'urètre);
  • dystrophie rénale (pathologie avec formation de graisse dans les structures rénales);
  • urolithiase (dans le système urinaire, formation de sable et de cailloux, c.-à-d. de cailloux);
  • diabète sucré - se caractérise par un manque d'insuline et affecte de nombreux systèmes du corps, y compris les systèmes urinaires.

La cystite

Le processus inflammatoire dans la vessie s'appelle la cystite.

Dans la forme chronique de la maladie, les ultrasons permettent de voir l’épaississement des parois de la vessie, ainsi que les sédiments au fond de l’organe. Plus de détails ici.

Puis-je voir un cancer à l'échographie? Si le médecin traitant soupçonne le développement d'un processus oncologique, il recommandera de se soumettre à une échographie transabdominale, car elle est la plus confortable et la plus informative qui soit. Cela permettra non seulement de déterminer la présence d'une tumeur, mais également d'évaluer son degré de propagation, ainsi que sa taille et ses caractéristiques structurelles.

L'échographie vous permet d'évaluer:

  • capacité de la vessie;
  • la clarté de ses contours;
  • infiltration dans les murs;
  • l'apparition de tumeurs à l'extérieur du corps;
  • le type de croissance et la forme de la tumeur;
  • métastases régionales;
  • état des ganglions lymphatiques à proximité.

Les ganglions lymphatiques enflés ne signifient pas toujours leurs métastases - cela peut être le résultat de divers processus: d'une éraflure banale à une inflammation dans les zones adjacentes.

En échographie, vous pouvez voir et évaluer l’état des voies urinaires supérieures, en précisant la présence de dilatation de l’uretère et des reins. Le fait est que le système de la cavité de l'uretère et des reins peut se dilater en raison d'un cancer de l'uretère ou d'une affection des voies urinaires. Cependant, l'indicateur principal ici sera la détermination du stade de la maladie et les symptômes énumérés seront à nouveau déterminés.

Si des doutes subsistent après l'étude, il est préférable de compléter le diagnostic par des techniques d'échographie intracavitaire (par exemple, transvaginale ou transrectale).

Polype

Le terme "polype" en médecine s'entend comme une éducation bénigne, prédominante dans la cavité d'un organe. Il peut être situé à la fois sur une base large et sur une jambe petite et fine.

Si le polype est situé dans la cavité de la vessie, il est important d'évaluer sa forme, sa taille et son emplacement exact.

Dysfonctionnement neurogène

Avec des troubles neurogènes de la vessie sur l'écran de l'appareil à ultrasons, le médecin ne verra pas de schéma spécifique. Les modifications seront similaires aux signes observés en cas d’obstruction infractionnelle, c’est-à-dire qu’il sera détecté:

  • changer la forme du corps, son asymétrie;
  • trabécularité et épaississement des murs;
  • les diverticules;
  • pierres et sédiments dans la cavité d'urée.

Diverticula

Le renflement bagulaire dans la paroi de la vessie a reçu le nom de «diverticule» en médecine (voir l'image à droite).

Il communique avec la cavité principale à l'aide du cou - un canal spécial.

Avec cette pathologie, un balayage échographique d'un organe est nécessaire.

Cela aidera à évaluer la localisation, la taille et la forme du diverticule, la longueur de son cou et la relation avec les tissus et organes adjacents.

Si un diverticule est détecté, des études urodynamiques (cystométrie ou débitmétrie urinaire) sont nécessaires pour évaluer l'obstruction de l'infrascion.

Caillots de sang

À l'échographie, les caillots sanguins peuvent être définis comme des formations présentant une échogénicité accrue de forme irrégulière. Rarement avoir une forme arrondie ou semi-circulaire. Ils se caractérisent également par une échogénicité inhomogène et des bords inégaux, ils peuvent comporter des inclusions hypoéchogènes ressemblant à des foyers ou à des rayures stratifiées (ceci est dû au laminage du caillot).

Une homogénéité relative du caillot échogène ne peut être observée qu'en présence de sédiments persistants formés de particules de sang et d'épithélium.

Pierres dans la cavité

Les bétons (deuxième nom des calculs) dans la vessie ne diffèrent pas des formations similaires dans les reins ou les galles. Tous sont des structures à haute densité qui ne conduisent pas de rayons d'écho. C'est pourquoi sur l'écran de l'appareil, elles sont visualisées sous forme de formations blanches avec des traces sombres de l'ombre acoustique derrière.

Une caractéristique distinctive des pierres est la mobilité. Contrairement aux tumeurs, elles ne sont pas liées aux parois du corps. Elles changent donc facilement de position lorsque le patient bouge. Cette caractéristique est à la base d’une séparation fiable de la pierre de la tumeur pendant le diagnostic (celle-ci ne changera pas de position, car elle est fixée dans le tissu de l’organe).

Que pouvez-vous voir d'autre?

Une échographie de la vessie permet de détecter les phénomènes suivants:

  • corps étrangers dans la cavité;
  • pathologies vasculaires;
  • reflux urinaire inverse;
  • des inflammations;
  • anomalies du développement;
  • activité vésicale élevée;
  • incontinence

Conclusion

Le protocole de l'étude est remis au patient immédiatement après l'échographie, mais seul le médecin traitant doit procéder à une transcription complète des résultats.

Photo 1. Protocole de conclusion de l'échographie de la vessie.

Le patient ne doit pas négliger la procédure: une échographie doit être effectuée (comme prescrit par le médecin) périodiquement, si des conditions autres que normales ont été trouvées. C'est un problème de santé.

Publications Sur Le Diagnostic Du Foie

Foie élargi chez un enfant: quand ce diagnostic est-il posé?

Les symptômes

Le foie est un organe vital qui, selon l’âge, a certaines dimensions. Cependant, chez certains enfants, la taille de cet organe peut varier pour diverses raisons, et ce n'est pas toujours la norme physiologique.

Hépatite B chronique

La cirrhose

L'hépatite B chronique est l'une des causes les plus courantes d'inflammation du foie. Cette maladie infectieuse entraîne la destruction progressive des hépatocytes et constitue une menace pour la vie du patient.

Table de régime 5a

La cirrhose

Hépatite chronique, cholécystite, dyskinésie biliaire - le programme de régime peut soulager les symptômes de toutes ces maladies. En nutrition domestique, on l'appelle "tableau 5a".

Comment traiter une suspension dans la vésicule biliaire?

Les symptômes

Les maladies du système biliaire affectent souvent les personnes à faible mobilité, qui consomment beaucoup d’aliments nocifs et d’alcool. Cette quantité de cholestérol entrant encrasse le corps, ce qui est responsable du dépôt de matières en suspension dans la vésicule biliaire.