Principal / Les symptômes

Anticorps anti-hépatite C chez un enfant

Les symptômes

L'hépatite C est une maladie virale courante et dangereuse, qui évolue de manière latente et conduit souvent au développement d'une cirrhose du foie. Il existe plusieurs façons de transmettre le virus, mais le plus souvent, la maladie est transmise par transfusion sanguine ou par contact avec le sang d'une personne infectée. Chez les nouveau-nés, le virus est transmis par voie transplacentaire, c'est-à-dire pendant le développement fœtal de la mère au fœtus. Selon les statistiques de l'OMS, le virus de l'hépatite C n'est transmis au bébé que dans 3% des cas par le placenta. Un grand nombre de femmes atteintes de cette maladie peuvent donner naissance à un enfant en bonne santé.

L’hépatite C chez les nouveau-nés peut apparaître après la naissance lorsqu’elle est en contact avec une mère infectée pendant la période d’allaitement, lorsqu’il présente des saignements fissurés sur les mamelons de la mère et lors de la césarienne ou de l’accouchement vaginal, le bébé peut être infecté.

Les nouveau-nés atteints du virus de l'hépatite sont plus susceptibles de naître avec d'autres pathologies apparues pendant la période de développement prénatal en raison de l'infection de la mère et d'une carence en substances bénéfiques et nutritives qui doivent se rendre au fœtus.

Anticorps viraux dans le sang du bébé

Après la naissance du bébé d’une mère infectée par un virus, des anticorps maternels anti-VHC sont détectés dans le sang qui traverse le placenta et peut disparaître en un an. Toutefois, en cas de co-infection ou de diminution de l’immunité, le virus peut se développer et infecter le corps de l’enfant. Si l'hépatite C est suspectée chez le nouveau-né, celui-ci fait l'objet d'une surveillance médicale spéciale. Pour déterminer si un enfant est infecté, il est possible que quelques mois seulement après la naissance, les médecins procèdent à une série de tests et de tests. Si la maladie progresse, la forme chronique dangereuse pour la vie de l'enfant peut gambader.

Les symptômes

Lorsque l'hépatite C chez le nouveau-né dans le sang sont détectés des marqueurs du virus et des dommages aux cellules du foie. Contrairement à d'autres virus, au cours de l'hépatite C, la jaunisse peut être complètement absente, mais il manque l'appétit, les selles sont altérées, une température constante et basse, le foie est également hypertrophié, les fèces s'assombrissent progressivement et l'urine s'assombrit, ainsi que des éruptions cutanées sur le corps. Les enfants atteints de cette maladie sont assez faibles, sont exposés aux effets d’autres maladies et accusent un retard important dans leur développement.

Les nouveau-nés chez qui on soupçonne une hépatite C devraient toujours être sous la surveillance d'un médecin qui utilise un traitement spécial à l'interféron et d'autres traitements. La maladie est très complexe et le pronostic dépend du stade de la maladie, de la localisation, de la condition de l'enfant.

Traitement de l'infection à adénovirus chez les enfants

L'infection à adénovirus est une maladie respiratoire plus fréquente chez les jeunes enfants. La maladie est due à des virus de la famille des Adenoviridae qui, après être entrés dans le corps, infectent les voies respiratoires, le nasopharynx, les intestins et d’autres organes et systèmes de l’enfant.

Existe-t-il un risque de contracter le virus de l'hépatite C (VHC) d'un enfant avant la naissance? Oui il y a Environ 60% des femmes enceintes ayant une analyse positive de ce type de virus déterminent l'ARN du VHC, c'est-à-dire qu'elles peuvent clairement voir tous les signes de multiplication de l'infection. L'hépatite C chez les nouveau-nés peut survenir en cas de transmission verticale, c'est-à-dire lorsque le virus est transmis de la mère au fœtus au cours de son développement prénatal.

La probabilité d'infection intra-utérine d'un enfant est faible (1,7%) si la mère ne détecte que des anticorps anti-VHC. Si l'ARN du VHC circule dans le sérum sanguin d'une femme enceinte, le risque d'infection augmente plusieurs fois et atteint déjà 5,6%.

Conditions de confirmation de l'hépatite C chez le nouveau-né

Nous avons déjà indiqué ci-dessus que l’infection intra-utérine du fœtus par une mère infectée par un TAL n’était pas toujours le cas. Mais comme une telle probabilité existe toujours, l'enfant est soumis à un cycle d'examen obligatoire pendant une certaine période de la période postnatale.

Pour recevoir la confirmation de l'infection, les conditions suivantes sont nécessaires:

  1. Les anticorps anti-virus de l'hépatite C chez les nouveau-nés devraient circuler dans le sérum sanguin pendant plus d'un an et demi depuis sa naissance.
  2. À l'âge de 3 à 6 mois, l'ARN du VHC devrait être déterminé dans le sang du nourrisson et les résultats positifs de cet essai devraient être confirmés par des mesures répétées au moins deux fois.
  3. Les enzymes reflétant indirectement l'inflammation du tissu hépatique, appelées transaminases sériques, chez le nouveau-né devraient être augmentées.
  4. Le type de virus de l'hépatite (génotype) chez la mère et chez l'enfant doit être identique.

Le VHC n'a pas d'effet particulièrement négatif sur le déroulement de la grossesse. Cependant, une femme infectée doit comprendre comment la présence d'un virus dans son corps peut se transformer en un enfant après la naissance. Il est également important de savoir que les anticorps anti-VHC peuvent pénétrer dans le corps du bébé par le placenta, non seulement pendant la gestation, mais également au stade final de la grossesse, lors de l’accouchement. Dans le même temps, ils restent dans le sang du bébé pendant 12 à 18 mois, puis disparaissent sans laisser de traces.

Hépatite C chez le nouveau-né: observation

Le contrôle de la condition du nourrisson né d'une mère infectée est exercé pendant toute la période postnatale. Cette exigence doit être strictement respectée, car c’est seulement ainsi que la présence d’une infection pourra être détectée avec précision dans le corps de l’enfant, surveiller la santé de l’enfant et, si nécessaire, commencer immédiatement le traitement de l’hépatite C chez le nouveau-né. Un point important du diagnostic est la détermination de l'ARN du VHC et des anticorps anti-virus de l'hépatite C dans le sang des nouveau-nés. Ces tests sont effectués à plusieurs reprises. Il est considéré obligatoire de mener des enquêtes à l'âge de 1, 3, 6, 12 mois.

Il convient de noter qu’en cas de résultats de test négatifs, il existe toujours une chance de développer la prétendue infection séronégative chronique de l’hépatite C chez le nouveau-né, c’est-à-dire qu’en l’absence d’une réaction particulière aux anticorps, le VHC ARN est toujours présent dans le sang du bébé. Il prend également en compte le fait que si l’infection s’est produite par voie périnatale, l’évolution de l’hépatite virale C chez la plupart des enfants est primaire chronique.

La preuve que l’infection du nouveau-né n’a pas eu lieu ne peut servir que des preuves confirmées à plusieurs reprises de l’absence d’ARN du VHC dans tous les échantillons prélevés, ainsi que de la confirmation de la désintégration des anticorps acquis par l’enfant d’une mère infectée.

Comme vous le savez, le foie est un organe important qui remplit de nombreuses fonctions dans le corps humain. Sa tâche principale est de détoxifier et de métaboliser les composés toxiques. Dans diverses maladies, accompagnées d'une violation du foie, s'accumulent des substances nocives qui affectent négativement le système nerveux central et d'autres organes. L'hépatite est l'une de ces maladies.

L'hépatite est un processus pathologique inflammatoire grave de nature polyétiologique qui affecte toutes les fonctions du foie.

Il existe aujourd'hui de nombreux types de cette maladie, mais l'hépatite virale joue un rôle particulier chez les enfants.

Le foie remplit un certain nombre de fonctions vitales nécessaires au fonctionnement normal du corps. Le foie synthétise des protéines qui sont une sorte de matériau de construction pour le corps humain. De plus, les protéines consistent en protéines, enzymes et récepteurs situés à la surface des cellules.

Causes et variétés d'hépatite virale

L'hépatite chez les nouveau-nés est dans la plupart des cas le résultat de la transmission du pathogène viral par le placenta de la mère à l'enfant. L'infection du nourrisson peut survenir in utero ou au moment de l'accouchement. Un rôle particulier à cet égard joue un diagnostic précoce chez la mère. Si une hépatite virale a été diagnostiquée à une femme enceinte à un moment donné, vous pouvez toujours corriger l'état de l'enfant au stade de la grossesse, ce qui le sauvera des conséquences inutiles de la maladie.

À ce jour, 8 types d'hépatite virale chez l'homme ont été découverts, mais cinq seulement présentent un intérêt particulier.

  • Hépatite virale de type A ou maladie de Botkin. Il se transmet par voie fécale-orale par des mains non lavées, de l'eau polluée et des aliments. La maladie étant très contagieuse, tous les travailleurs de la restauration subissent un examen physique annuel visant à éliminer cette pathologie. En règle générale, les nouveau-nés ne se produisent pas.
  • L'hépatite virale de type B. Par rapport à la maladie précédente, elle est caractérisée par un cours plus dangereux. Chez un dixième des patients, le processus pathologique aigu devient chronique et nécessite un traitement long et coûteux. Si les interventions thérapeutiques n'étaient pas réalisables ou n'étaient pas réalisées en quantité suffisante, le risque de cirrhose est élevé. Un vaccin contre cette maladie a été mis au point, ce qui réduit encore le risque d'infection. Le mode principal de transmission est parentéral. Les adultes sont infectés par des transfusions sanguines, la manipulation d'objets infectés (ciseaux à ongles, aiguilles de tatouage) ou des injections intraveineuses. A également lieu la transmission sexuelle. L'hépatite B chez le nouveau-né se transmet par le placenta ou pendant l'accouchement. Au milieu du XXe siècle, il a été décidé de contrôler la présence du virus de l'hépatite B dans le sang du donneur tout entier, ce qui a permis de réduire considérablement l'incidence parmi les personnes nécessitant une transfusion sanguine. Même si la vaccination a été effectuée, après l'infection, la probabilité d'une progression ultérieure de la maladie est réduite.
  • Hépatite virale C. Le mode de transmission est similaire au type précédent, mais l'évolution de la maladie ne sera pas aussi rapide. L'hépatite virale C est aussi couramment appelée le «tueur en douceur». Les manifestations de l'hépatite C chez le nouveau-né sont associées à une longue absence de signes cliniques, accompagnée d'un processus de destruction lent dans le parenchyme hépatique. Des méthodes spécifiques de prévention n’ont pas encore été développées. Cependant, il existe des tests spéciaux extrêmement sensibles, grâce auxquels il est possible d'effectuer un test sanguin sur un donneur pour détecter la présence de virus.
  • Les hépatites virales de types E et D ne jouent pas de rôle particulier dans l’incidence des nouveau-nés.

Les symptômes

Chez le nouveau-né, l'hépatite virale survient à partir de la première ou de la deuxième semaine de vie. Dans de rares cas, les premiers symptômes surviennent plus tard, vers le deuxième ou le troisième mois après la naissance. Le premier signe qui se fait sentir est la jaunisse. Il se produit dans les 7 premiers jours de la vie, voire dans les 24 premières heures.

La sévérité de ce symptôme est variable, elle dépend des caractéristiques individuelles du microorganisme et de l'agressivité du pathogène lui-même. Symptômes observés dans l'hépatite virale:

  • La décoloration des masses fécales, qui est permanente ou épisodique, est propre aux enfants. La fixation de la décoloration diurne des selles est une partie importante de l'analyse de l'activité de la maladie. En raison d'une violation du métabolisme de la bilirubine, il se produit un changement de couleur de l'urine. Dans les premiers jours, l'urine peut encore avoir une couleur normale, mais à l'avenir, sa couleur ressemble à une bière brune. Pour les nouveau-nés également caractérisés par l'absence de symptômes de prurit.
  • Le foie est constamment dilaté, de manière inégale, principalement dans la région du lobe gauche. Sa densité n'est pas modifiée ou augmentée. Il est nécessaire d'enregistrer régulièrement les résultats de la mesure du foie. Cela vous permettra d'avoir une idée de la gravité et de la progression de la maladie.
  • Les signes d'une rate hypertrophiée sont rarement retrouvés. Cela est dû au fait que l'hépatosplénomégalie est une conséquence d'autres complications de la maladie rarement rencontrées.
  • Le foie étant une partie importante du système digestif, il affecte le travail du tractus gastro-intestinal. Pour les nouveau-nés, il y a souvent des vomissements incontrôlés, ce qui peut entraîner une perte importante de liquide. En conséquence, il existe des symptômes concomitants du type de léthargie et une fatigue accrue. Dans certains cas, des problèmes digestifs et une hypertrophie du foie précèdent le développement de la jaunisse.
  • Le changement dans le bien-être général du nouveau-né se développe dans un cas sur cinq. Dans le même temps, la détérioration de l'état peut se produire à la vitesse de l'éclair, avec apparition d'un œdème, d'une circulation sanguine périphérique altérée et d'un développement retardé de l'enfant. Quel que soit le cas, on enregistre des cas cliniques dans lesquels il y a un gain de poids normal et une augmentation de la croissance du nouveau-né.
  • Des troubles neurologiques mineurs sont souvent observés et doivent être corrigés, car ils revêtent une grande importance dans le diagnostic différentiel de la maladie. Chez les enfants infectés, le tonus musculaire des membres est réduit et les réflexes de base sont déprimés. Dans les cas graves, il peut y avoir des convulsions généralisées et des signes d'inflammation de la muqueuse du cerveau.

Méthodes de diagnostic

À l'heure actuelle, il n'existe aucune méthode spécifique pour établir l'hépatite virale du nouveau-né. Au cours des travaux pratiques, le médecin doit surveiller l'activité des marqueurs biochimiques du foie. L’activité accrue de la cytolyse doit être comparée aux données obtenues lors de l’analyse histologique, ainsi qu’aux résultats de tests sanguins biochimiques.

Pour le diagnostic différentiel, une numération sanguine complète et le nombre de réticulocytes jouent un rôle particulier. Il n’est pas rare que lors du conflit Rh ou AB0 entre mère et enfant, ce dernier souffre d’une anémie hémolytique congénitale, accompagnée d’un ictère supra-hépatique. Les méthodes de recherche ci-dessus permettent de distinguer l'hépatite virale du conflit rhésus. Il faut dire que 25% des cas d’hépatite sont accompagnés de lésions hémolytiques des globules rouges. Avec l'hépatite d'origine virale, une diminution du nombre de plaquettes est détectée dans le sang.

Un fait intéressant. À 2-3 mois de développement intra-utérin du foie, la moitié de la masse totale du fœtus est atteinte.

Les estimations des fluctuations du niveau de bilirubine ne sont pas spécifiques. Cependant, elles permettent d’avoir une idée indirecte de la possibilité de transition de la maladie au stade de la cholestase. À la suite d’études cliniques, il a été constaté qu’au début de la maladie, une augmentation de la teneur en bilirubine indirecte dans le sang se retrouvait ensuite en mélange, puis en hyperbilirubinémie directe.

L'augmentation de la concentration des enzymes hépatiques et du cholestérol n'a pas d'effet particulier sur le pronostic de la maladie. Lorsque le processus pathologique atteint le stade de la cholestase, on observe une augmentation marquée du cholestérol.

D'importance particulière dans le diagnostic prend un examen virologique. Il devrait inclure les analyses d'urine, le liquide céphalo-rachidien, les pertes sanguines et nasopharyngées. Toutes ces procédures visent à détecter l'agent étiologique de la maladie. Grâce à des réactions sérologiques spécifiques, il est possible de confirmer ou d'infirmer de manière fiable la présence d'un agent pathogène viral dans le corps.

Pour la transmission verticale, un examen maternel est requis. Les anticorps présents dans son sang et les antigènes de l'hépatite virale suggèrent que l'enfant est atteint de cette maladie. À l'aide de méthodes de recherche radiologiques, il est possible d'obtenir des données indirectes indiquant la présence de dommages viraux au foie.

Afin de détecter l'hépatite au cours de la période néonatale, une méthode histologique peut être nécessaire. Il consiste en la collecte du matériel biologique de l'enfant avec l'étude ultérieure. La procédure est effectuée à travers une ponction sur la paroi abdominale à l'aide d'une aiguille de ponction. Avant de pratiquer une biopsie, assurez-vous qu'il n'y a pas de trouble de la coagulation. En cas d'atteinte du foie, il est également possible de réduire le nombre de plaquettes, ce qui se traduit par une augmentation des saignements. Si cette condition n'est pas corrigée, le risque de saignement aigu au cours de la biopsie est élevé.

Le respect de toutes les règles de sécurité vous permet d'éviter les complications non désirées qui aggravent le pronostic pour la vie de l'enfant. Une fois le matériel biologique collecté, l’histologue examine l’échantillon obtenu à l’aide de diverses techniques microscopiques. Une biopsie par ponction de haute qualité élimine le besoin de procéder à un prélèvement chirurgical de matériel biologique.

Évolution de la maladie

La durée de l'hépatite chez les nouveau-nés peut varier de 2 semaines à 1,5 mois. Dans des cas exceptionnels, le débit est retardé jusqu'à 3-4 mois. La normalisation de la couleur de la peau, la restauration de la fonction normale du tractus gastro-intestinal et une diminution de la taille du foie indiquent une évolution favorable de la maladie.

Gain de poids physiologique progressivement rétabli. Le niveau de développement de l'enfant correspond à son âge. La normalisation des paramètres de laboratoire ne se produit pas immédiatement, notamment en ce qui concerne le taux de cholestérol libre et d’acides gras. L'hépatite C chez les nouveau-nés peut ne pas se manifester avant que les signes de fibrose hépatique ne soient enregistrés.

Des complications

Les complications de l'hépatite virale peuvent considérablement aggraver le pronostic de la vie d'un enfant:

  • Longue cholestase. Plus de 30% de toutes les infections sont accompagnées de ce syndrome. Le diagnostic différentiel avec d'autres maladies qui causent un tel syndrome est facilité lorsque l'enfant présente des signes d'hyperbilirubinémie (coloration jaune, urine foncée, décoloration des selles). Il est nécessaire d'ajouter que pour enregistrer ce symptôme, l'enfant doit être hospitalisé pendant toute la durée de la maladie.
  • La fibrose subaiguë est une complication rare. Son parcours est plus prononcé et peut être dangereux pour l'enfant. La fibrose est fixée au milieu du quatrième mois de la vie et se manifeste par une diminution du gain de poids, de la croissance, ainsi que par une augmentation de la rate, une rétention de liquide dans la cavité abdominale et une augmentation de la densité du foie. Avec des tests de laboratoire, vous pouvez fixer le taux de croissance, indiquant ainsi les réactions inflammatoires.
  • Les effets à long terme de l'évolution de l'hépatite virale sont en violation de la formation de dents, du rachitisme et de l'ostéoporose. La cirrhose du foie est assez rare. Au cours de son développement, la pression dans le système de la veine porte augmente, ce qui entraîne une ascite, une augmentation de la rate et une rétention hydrique globale dans tout le corps.

Traitement

Les formes typiques d'hépatite virale chez les nouveau-nés sont traitées symptomatiquement. À cette fin, lutter contre les manifestations de la déshydratation, altération de la digestion et la coagulation du sang. Initialement, l'enfant doit choisir un régime qui réponde à ses besoins physiologiques.

La restauration du niveau approprié de la coagulation du sang est assurée par des injections régulières de vitamine K. Pour prévenir le développement de complications du système musculo-squelettique, il est nécessaire d'utiliser des complexes médicinaux contenant de la vitamine D et du calcium. L'utilisation de médicaments améliorant la circulation de la bile n'est pas indiquée chez les nouveau-nés.

La nomination de glucocorticoïdes n’est réalisée qu’avec le développement de la fibrose subaiguë.

Si les manifestations cholestatiques persistent, il est recommandé d’effectuer une intervention chirurgicale permettant d’évaluer la perméabilité des voies biliaires. La restauration de la sortie normale de la bile est obtenue en imposant des tubes de drainage pendant la cholécystomie ou à la suite d'une cholangiographie préopératoire.

Vous avez trouvé une erreur dans le texte? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée, et nous le réparerons!

Symptômes de l'hépatite C chez les nouveau-nés

Selon les études sur l'évolution de l'hépatite C chez le nouveau-né, la période aiguë peut être totalement effacée ou pas du tout manifeste. Fondamentalement, les signes d’un processus infectieux commencent à apparaître après le passage à la forme chronique.

Les principaux symptômes de la présence de l'hépatite C chez le nouveau-né sont les suivants:

  • perte d'appétit, jusqu'au refus total de la nourriture pendant le repas;
  • régurgitations fréquentes de nourriture;
  • la léthargie;
  • larmoiement;
  • diminution de l'activité;
  • fatigue accrue;
  • fièvre sans symptômes d'infection respiratoire;
  • vomissements;
  • hypertrophie du foie et de la rate;
  • maux d'estomac;
  • urine foncée et décoloration fécale;
  • couleur ictérique de la peau et des muqueuses (pas toujours observée).

Il convient de noter que le tableau clinique de l’infection chez le nouveau-né peut être asymptomatique et atypique. Ceci est souvent la cause de la détection tardive de la maladie.

Causes et méthodes de traitement

Les principales causes de l'hépatite C chez les nouveau-nés peuvent être divisées en congénitales et acquises.

Le premier groupe comprend la transmission de la maladie par la voie transplacentaire (verticale) de la mère au fœtus à travers le placenta pendant le développement du fœtus. Dans ce cas, la probabilité d’infection dépend de la forme de la maladie de la mère: si un virus (ARN) circule directement dans le sérum sanguin d’une femme, le risque d’infecter un enfant est d’environ 5,6%. Et si seuls des anticorps anti-virus sont détectés, la probabilité d'infection est encore plus faible - environ 1,7%. Et seulement en présence d'une infection par le VIH, la probabilité de transmission de l'hépatite C à l'enfant est de 15,5%.

Les raisons acquises peuvent être les suivantes:

  • contact avec une mère infectée pendant la période d'alimentation: lorsqu'il y a des fissures saignantes sur les mamelons d'une femme qui allaite;
  • Voie intranatale - infection pendant l’accouchement et contact de l’enfant avec les fluides corporels de la mère.

Bien entendu, le traitement opportun et compétent de l’hépatite C chez le nouveau-né est d’une importance primordiale, car la maladie est assez complexe et peut avoir des conséquences négatives (jusqu’à la mort).

Méthodes de prévention de l'hépatite C chez les nouveau-nés

Pour la prévention de l'hépatite C chez les nouveau-nés, les femmes avec un diagnostic correspondant ne doivent accoucher que dans des cliniques spécialisées dans les maladies infectieuses, car elles pourront recevoir les soins appropriés et le personnel médical prendra toutes les précautions nécessaires pour maintenir l'enfant en bonne santé.

Il est recommandé d'accoucher avec une césarienne: selon les statistiques, dans ce cas, le risque d'infecter le bébé est 5 fois moins élevé que lors d'un accouchement naturel.

Si le nouveau-né a été infecté par l'hépatite C au cours du développement fœtal, un pronostic favorable est également possible, mais uniquement avec un diagnostic opportun. Après la naissance du bébé d'une mère infectée, des anticorps anti-VHC qui traversent le placenta sont détectés dans son sang. Ils peuvent disparaître au cours de la première année, mais avec une immunité réduite ou des infections concomitantes, le virus peut se développer. Par conséquent, tous les nourrissons suspects d’infection doivent être placés sous la surveillance d’un médecin.

Il est possible de diagnostiquer la maladie quelques mois seulement après la naissance du bébé. À cette fin, le dépistage des anticorps et de l'ARN de l'hépatite C est effectué en quatre étapes (à 1, 3, 6 et 12 mois).

Conséquences possibles d'un traitement inapproprié Si le test de dépistage de l'hépatite chez le nouveau-né était positif, le traitement devrait être instauré immédiatement. En règle générale, le schéma thérapeutique repose sur l'utilisation combinée d'antiviraux - conventionnels (interféron et ribavirine) et d'une action directe plus moderne (Sofosbuvir, Daclatasvir, Ténofovir).

Le traitement inadéquat de l'hépatite chez le nouveau-né peut être inefficace et avoir des conséquences fatales - le développement d'une cirrhose et même d'un cancer du foie, qui est fatal. Il est donc extrêmement important de diagnostiquer la maladie à temps et de commencer son traitement. Les médicaments à action directe sont particulièrement efficaces, de même que leurs génériques de production indienne et chinoise - des médicaments moins chers contenant des principes actifs absolument identiques. Bien entendu, le traitement ne doit être effectué que selon les prescriptions et sous la surveillance du médecin traitant.

Anticorps anti-hépatite C chez un enfant

Bonjour J'ai l'hépatite avec 1b. Allaitement pendant plus d'un an.

Manque de tests d'anticorps en 1 an: AT jusqu'à 14,6; AT à ns 1,3.
Est-ce que l'enfant est malade ou mes anticorps?
Quelle quantité d’anticorps de la mère est stockée chez le bébé et l’allaitement l’affecte-t-il?
Infectionniste a dit de reprendre l'analyse dans un an.
Peut-être que cela vaut la peine de boire des médicaments pour soutenir le foie? S'il te plait dis moi.
Très inquiet pour mon fils.
Et j'aimerais aussi savoir si les enfants sont traités gratuitement dans notre pays?
Merci d'avance pour votre réponse.

anticorps anti-hépatite C chez le nouveau-né

Conseillez-vous correctement, passez l’analyse qualitative du PTSR. Si négatif - une très forte probabilité que l'enfant ne soit pas infecté. Les hépatologues pour enfants de Nizhniy disent que le PCR est déjà instructif au 3ème mois. Oui, il y a une petite chance que le virus soit passé, mais qui peut garantir de telles choses. Et une brique sur la tête peut tomber avec la même probabilité.

Le pourcentage d'infections de l'enfant en couches ne dépasse pas 10%. Et si la PCR est également refusée, la probabilité d'infection est encore moindre.

Bien qu’au niveau interne, il soit préférable de se préparer au fait que si, après tout, le virus est retrouvé après l’adoption, cela ne sera pas une tragédie pour vous.

Eh bien, plus le fait que dans la vie quotidienne est assez difficile à saisir.

Et alors - un enfant en bonne santé, qui pèse bien, que rêver de plus? :) 04/12/2012 12:23:30, Thames

Anticorps anti-hépatite C chez les enfants

IMPORTANT! Pour enregistrer un article dans vos favoris, appuyez sur: CTRL + D

Posez une question au médecin et obtenez une réponse gratuite. Vous pouvez remplir un formulaire spécial sur NOTRE SITE via ce lien >>>

Anticorps anti-hépatite C

Le virus de l'hépatite C est un agent pathogène assez grave pouvant affecter de manière significative la santé humaine. Il est possible de l'identifier uniquement lors de la réalisation d'une série d'études dans lesquelles des anticorps anti-virus de l'hépatite C sont déterminés, et ce n'est qu'après que nous pourrons parler d'un traitement susceptible d'améliorer la santé.

Recherche sur le virus de l'hépatite C

Dans le processus d'étude du sérum sanguin, des analyses sont effectuées qui permettent de détecter des anticorps anti-hépatite C de type commun et des anticorps JgM.

Également utilisé pour le diagnostic de l'analyse PCR, qui permet de déterminer la présence du virus de l'hépatite B dans le sang et l'évolution de la maladie. Dans toute étude, une personne en bonne santé ne possède pas de marqueur spécial de l'hépatite C dans le sang.

Si tel est le cas, d'autres types de mesures de diagnostic sont mis en œuvre pour clarifier la maladie et son stade, ainsi que pour exclure les résultats faux positifs.

De telles études donnent le temps de commencer le traitement et ne permettent pas à la maladie de devenir une pathologie chronique. Si l'hépatite C est déjà au stade chronique, il est alors possible de l'introduire dans le stade de la rémission à long terme.

Par conséquent, un examen complet de la suspicion de VHC est nécessaire pour quiconque suspecte une infection, ainsi que pour les examens préventifs. Sinon, le foie et ses organes, ainsi que d'autres organes, risquent d'être gravement endommagés.

Anticorps contre le virus

Il n'y a pas d'anticorps contre l'hépatite C dans le sérum. Si nous parlons d’anticorps totaux, il s’agit d’anticorps IgG et IgM dirigés contre un complexe de protéines de type structural et non structural en présence du virus de l’hépatite C dans le corps.

Ce type d'étude fait référence au dépistage, permettant d'identifier les patients atteints du VHC. Pour identifier de tels anticorps peut être dans les deux premières semaines à partir du moment de l'infection. Leur présence peut également être le résultat non seulement d'une infection, mais également d'une infection.

Un tel test ne permettra pas d'obtenir une réponse exacte car il ne déterminera que les anticorps totaux de types IgG et IgM. Au début de l'évolution de la maladie en phase aiguë, les IgM sont prédominants.

Mais les anticorps IgG indiquent que la période de convalescence est venue ou que la maladie a déjà été transférée par le patient.

Les anticorps IgG peuvent survivre jusqu'à 10 ans à partir du moment de l'infection. Dans le même temps, leur concentration diminuera progressivement. Il est également possible d'identifier les anticorps même un an plus tard ou plus dès le moment de l'infection.

Si l'hépatite C est devenue chronique, le total des anticorps est déterminé de manière continue. Et par conséquent, pour clarifier le moment de l’infection, les anticorps de la classe des IgM du virus de l’hépatite C doivent être déterminés séparément.

Évaluation des résultats de recherche

Les résultats de l’étude sont présentés dans deux cas - positifs ou négatifs. Avec des anticorps totaux négatifs, les IgG et les IgM sont absents dans le sérum. Positif indique la présence d’anticorps IgG et IgM.

En règle générale, on parle du stade initial de la maladie, de son évolution aiguë ou chronique, ainsi que de la forme latente, dormante de la maladie ou d'une pathologie antérieure.

Mais même ces indicateurs ne suffisent pas pour établir le diagnostic exact du VHC. Par conséquent, il est nécessaire de passer un test pour éliminer les résultats faussement positifs.

En laboratoire, généralement lorsque les résultats sont positifs, des recherches supplémentaires sont immédiatement effectuées pour confirmer la présence des anticorps IgG et IgM. Le résultat final est déjà donné avec les premiers indicateurs sur une forme générale.

Anticorps anti-hépatite C

Anticorps dirigés contre le virus de l'hépatite C JgM

Lors de l’étude des matériaux au cours d’une telle analyse, il est nécessaire de considérer que les anticorps sériques anti-JgM sont totalement absents du sérum. La présence d'anticorps indique qu'une infection active est présente dans le sang.

C'est pourquoi ce test est particulièrement instructif dans l'évolution aiguë de la maladie. Mais il est également capable de montrer une évolution chronique de la maladie, dans laquelle des anticorps anti-JgM sont également présents.

Dans le VHC, les anticorps anti-JgM apparaissent quelques semaines après l’infection et avant la première manifestation des symptômes de l’hépatite virale C, ainsi qu’après l’exacerbation d’une maladie chronique.

Ils disparaissent généralement après six mois. Si leur niveau de traitement a diminué, nous pouvons parler de la grande efficacité du traitement actuel.

Evaluation des résultats

Le résultat de la recherche est généralement exprimé par des indicateurs qualitatifs, c’est-à-dire qu’il soit positif ou négatif. Un effet négatif suggère que les anticorps anti-JgM sont absents dans le sérum.

Les positifs indiquent la présence de l'agent pathogène chez l'homme. Cela indique généralement la phase aiguë de l'hépatite virale C ou du VHC chronique, qui est passé à la phase active.

Le VHC en termes normaux devrait être absent. Contrairement aux méthodes précédentes, dans lesquelles seuls les anticorps anti-virus de l'hépatite C étaient détectés, cette étude détecte directement l'ARN et l'ADN du virus de l'hépatite C. Dans ce cas, l'indicateur sera déjà à la fois qualitatif et quantitatif.

Les anticorps montrent seulement le fait de l'infection humaine, mais de telles analyses ne peuvent pas parler de l'activité du processus.

Souvent, les anticorps ne peuvent apparaître que quelques mois après l’infection ou peuvent être conservés dans le sang pendant une longue période après la guérison (même en l’absence de virus).

Par conséquent, lors de la détection d'anticorps anti-hépatite C, la PCR est prescrite. Ce test vous permet de parler de la phase d'activité de la maladie ainsi que du pronostic de la maladie. C'est une méthode de diagnostic plus informative.

L’indicateur qualitatif vous permet de juger:

  • La virémie;
  • Propagation du virus;
  • Efficacité du traitement anti-VHC.

Si nous parlons de l'exactitude du test, alors même en l'absence de tout marqueur, il est capable après deux semaines de donner un résultat positif ou négatif.

C'est l'un des premiers moyens de diagnostiquer une infection par le virus de l'hépatite C dans le corps humain sans l'apparition de la phase aiguë de la maladie.

Il convient également de garder à l’esprit que l’absence complète d’anticorps et d’autres marqueurs sur le fond d’un résultat de PCR positif n’indique pas encore la présence de l’hépatite C.

Parfois, des résultats faux positifs apparaissent de cette façon. Par conséquent, pour confirmer le diagnostic, ce test de diagnostic est effectué plusieurs fois à certains intervalles.

Détection recommandée 3 fois de l'ARN du VHC dans le sang. Ce test est utilisé pour:

  • Permettre des résultats douteux d'études de type sérologique;
  • Différencier l'hépatite C de ses autres types;
  • Identifier la forme aiguë de la maladie;
  • Déterminer le stade d'infection du nouveau-né par la mère;
  • Surveiller l'efficacité du traitement anti-VHC.

Faites également attention aux indicateurs quantitatifs pendant le RAP. Ils peuvent également parler de la maladie. Ils indiquent l’intensité des processus pathologiques passables dans le corps, le développement d’une résistance aux médicaments antiviraux, ainsi que l’efficacité du traitement.

Définition du génotype

Utilisation de la PCR est déterminée et le génotype du virus. Trois génotypes seulement ont une signification clinique: 3a, 2b, 2a, 1b et 1a. le plus fréquent dans notre pays est 1b (90% des infections), ainsi que des génotypes étiquetés «a». avec leur aide, vous pouvez créer un pronostic pour le traitement et l'évolution de la maladie. Également sur cette base, le type de traitement choisi est constitué de médicaments spéciaux efficaces pour une personne atteinte d'un type de maladie particulier.

Dans le diagnostic de l'hépatite C, des tests sont effectués sur la présence de marqueurs spéciaux, d'anticorps, ainsi que sur l'ARN du virus, ce qui aidera non seulement à déterminer la maladie elle-même, mais également son stade, son type et son schéma thérapeutique.

En outre, des diagnostics PCR sont également effectués au cours du traitement, ce qui permettra de déterminer si le traitement est efficace, si le virus de l’hépatite a développé une résistance aux médicaments et s’il existe des prédictions positives pour le patient.

Et si les anticorps sont détectés?

Si des anticorps anti-VHC sont détectés, il est tout d'abord nécessaire, plusieurs fois de plus, de donner du sang pour obtenir des résultats faussement positifs. Cela se produit assez souvent et il ne vaut donc pas la peine de paniquer prématurément.

Si le diagnostic est confirmé, il est nécessaire de procéder à un examen complet du corps, de déterminer l'état des organes internes et de créer un traitement individuel avec le médecin traitant.

C'est important! Environ 20% des personnes atteintes d'hépatite C en sont guéries, même sans avoir connaissance de la présence de la maladie. Et les anticorps peuvent persister pendant des années, donnant des résultats positifs dans les analyses.

La forme chronique de l'hépatite virale ne se produit pas immédiatement. Par conséquent, dans tous les cas, le temps est venu de prendre toutes les mesures nécessaires et de créer les meilleures conditions pour éviter le développement de conséquences irréparables. Plus le traitement commence tôt, plus vous avez de chances de préserver votre santé.

Cela vaut également la peine de ne pas infecter les êtres chers. La maladie est transmise par le sang. Par des baisers, parler, tousser et ainsi de suite. L'infection ne se produit pas.

Il existe un risque de transmission du VHC lors de contacts sexuels sans utilisation d'une protection adéquate, au cours de laquelle les surfaces muqueuses sont endommagées (il s'agit d'un phénomène tout à fait naturel qui comporte toujours ses propres risques d'infection par divers types de virus de l'hépatite et pas seulement).

Si l’hépatite C est diagnostiquée, il est temps d’abandonner les mauvaises habitudes, en particulier l’alcool et les drogues. Ils accélèrent grandement le développement de processus pathologiques dans le foie.

Vous devriez également suivre un régime. Les maladies catarrhales affectent également le processus de guérison du tissu hépatique, il est donc également nécessaire de traiter d’autres maladies non liées au foie.

Faites attention à votre santé pour prévenir, sinon l’infection, l’hépatite C chronique. À cette fin, vous devriez être examiné régulièrement pour la prévention.

Cela aidera à créer les conditions d'une récupération rapide et complète. En outre, lorsqu'un diagnostic est révélé, il est utile de se rendre régulièrement à une réception organisée par un certain nombre de spécialistes qui contribueront à rétablir la santé des tissus du foie.

ENREGISTREMENTS CONNEXES:

Votre commentaire Annuler la réponse

Avec ceci, lisez:

© 2018 Tests médicaux au même endroit. Descriptions et analyses de la transcription.

Les informations sont fournies à titre informatif uniquement. Aux premiers signes de la maladie, consultez un médecin. Il y a des contre-indications, la consultation du médecin est nécessaire. Le site peut contenir des contenus interdits aux personnes de moins de 18 ans. Ne pas se soigner soi-même.

Hépatite virale chez un enfant

Hépatite B chez les enfants

Votre docteur a raison. De faux résultats de test sont possibles dans les premiers jours. Vous devez examiner en détail les marqueurs de l'hépatite chez l'enfant, étant donné qu'une seule détermination des anticorps Ig G chez les enfants de cet âge n'est pas informative. Parce que ceux-ci pourraient être des anticorps Ig G maternels. Par conséquent, déterminez simultanément les Ig G de la mère et de l’enfant, comparez-les, observez leur dynamique dans le temps et comparez également avec les données cliniques les tests de recherche des anticorps de classe M et les données de PCR.

En outre, vérifiez la présence d'anticorps anti-HBsAG chez l'enfant, car vous ne les avez probablement pas. Par conséquent, les identifier à l'enfant sera la preuve qu'il est immunisé contre le VHB. Par conséquent, il a également dû être vacciné contre l'hépatite B alors qu'il était toujours à l'hôpital! Et dans de tels cas, il est également recommandé d'introduire de l'immunoglobuline, à nouveau à la maternité. La question de l'allaitement, si vous avez un virus actif, est également difficile, il vous sera probablement interdit de ne pas infecter le bébé.

Si la perfusion de l'enfant a déjà eu lieu, la question de son traitement doit être abordée individuellement lors d'une réception avec un hépatologue. Et hélas, avec l’infection de telles miettes, le VHB se transforme presque toujours en maladie chronique.

anti-VHC, ANTICORPS, valeur ELISA affectée de valeurs de référence d'étude supplémentaires négatives

Valeurs de référence négatives pour HBsAg négatives

ALT 27.20 U / l 0.00-35.00

anti-VHC. Les valeurs de référence positives sont négatives.

Votre fille n'a pas identifié HBsAg, c'est-à-dire sur l'hépatite virale B alors que nous ne parlons pas. Bien qu'il soit impossible d'exclure l'hépatite B aiguë en période d'incubation ou aiguë, l'hépatite B passée et l'hépatite B chronique avec des concentrations indétectables d'HBSAq.

ALT est normal.

Mais la détection d’anticorps dirigés contre l’hépatite virale C doit être clarifiée. Des examens supplémentaires sont nécessaires - Ig G à HCV, Ig M à HCV, PCR dans le sang pour détecter l'ARN du VHC.

Avec les résultats de l'analyse, demandez à nouveau conseil, nous comprendrons.

Bilirubine totale 125,7

Bilirubine directe 4.8

LgG cor-0.11 anti-VHC

Anti-VHC LgG NS3-0.14

LgG NS4-0.1 anti-VHC

LgG NS5-0.19 anti-VHC

Anticorps anti-VHC LgM-0,14 R inférieur à 0,9 - résultat négatif

Le virus du VHC n'est pas détecté par PCR

Pour répondre à votre question, vous devez savoir quels tests vous avez effectués et quels résultats vous avez obtenus. Lors de la réception d’une analyse positive, il est toujours recommandé de la confirmer dans d’autres systèmes de test, examen des marqueurs, génotype du virus, charge virale dans le sang par PCR, si nécessaire.

Le pronostic de la maladie dépend de nombreux facteurs - quand et comment l’infection s’est produite, du génotype du virus, de la charge virale, etc., mais il n’est pas toujours possible d’obtenir un rétablissement complet. Prenez soin de votre santé!

Les risques d'infection intra-utérine par le virus de l'hépatite C sont de 2 à 3%, en l'absence de cofacteurs tels que les drogues, l'alcoolisme, le VIH, etc. L'enfant doit être examiné par ELISA pour les anticorps anti-virus de l'hépatite C et par PCR quantitative en utilisant l'ADN du virus dans le sang.

Dr. Artem Markov

Bon à savoir

Hépatite B chez les enfants

Hépatite virale B et C

Hépatite et vaccination de sa part

Enfant 4ème année.

PLR. Hépatite C négatif négatif

Antigène autrichien AgHBs négatif de 0,15 à 0,9, total de 0,9-1,1 positif supérieur à 1,1

Antityla Ig M contre HBcorAg 0,12 négatif à 0,9, total 0,9-1,1 positif supérieur à 1,1

Antityla Ig M contre l'hépatite A (VHA) 0,26 négatif à 0,9, total 0,9-1,1 positif plus que 1,1

Anti-IgG au CMV 0,09 négatif à 0,9, total positif de 0,9 à 1,1 supérieur à 1,1

Anti-IgM au CMV 1,05 négatif à 0,9, total positif de 0,9 à 1,1 supérieur à 1,1

Anti-IgM contre Eppt.Barr (EBV-VCA) négatif de 1,62 à 0,9, total de 0,9-1,1 positif supérieur à 1,1

Antityla EA IgG EEpt.Bar. (EBV) 10,10 négatif à 0,9, total 0,9-1,1 positif supérieur à 1,1

Antityla IgG Epshbar Bar. (EBNA) 0,11 négatif à 0,9, total 0,9-1,1 positif supérieur à 1,1

Anti-IgG jusqu'à Eppsht.Barr (EBV-VCA) négatif de 0,28 à 0,9, total de 0,9-1,1 positif supérieur à 1,1

Antityla Ig G à Herpes 6 type 0,77 négatif à 0,9, total 0,9-1,1 positif plus de 1,1

L'enfant a besoin d'un examen complet du virus de l'hépatite B (6 tests sérologiques) et d'une PCR sanguine (test qualitatif) de l'ADN viral. Le sang pour ces tests dans notre laboratoire provient du doigt, pas de la veine. Avec les analyses, il est préférable de ne pas tirer, car les nouveau-nés de mères porteuses d'HBsAg doivent être vaccinés contre l'hépatite virale B selon un schéma accéléré.

Caractéristiques du traitement de l'hépatite C chez les enfants

Acheter sofosbuvir http://stop-hcv.ru/preparaty/sofosbuvir-hepcinat-generic-sovaldi

Acheter Daclatasvir http://stop-hcv.ru/preparaty/daklatasvir

Acheter Harvoni (SOF + LED) http://stop-hcv.ru/preparaty/kupit-generic-harvoni

Le virus de l'hépatite C a touché environ un milliard de personnes dans le monde.

La prévalence du virus chez les enfants est faible - parmi tous les cas d’infection par le virus, les enfants représentent de 0,3 à 0,7%. Le virus de l'hépatite C est présent dans le lait maternel de toutes les mères infectées. Mais le bébé ne peut pas être infecté par le lait maternel. Aucune donnée ne permet de confirmer la moindre possibilité d'infection par l'allaitement. Par conséquent, il est conseillé aux pédiatres de ne pas abandonner l'allaitement. Les chances de contracter un virus d’enfant à enfant sont négligeables. Il ne sert à rien de limiter la communication d’un enfant avec d’autres enfants, par exemple en basculant vers l’enseignement à domicile ou en abandonnant les cours en groupe en cercle.

Comment un enfant peut attraper l'hépatite C

Infection du bébé par la mère pendant l'accouchement. Un enfant peut être infecté par n'importe quelle infection présente dans le canal utérin de la mère. Le virus peut être trouvé dans le sang et les sécrétions biologiques du vagin d’une femme. L’infection peut se produire en touchant la peau du bébé avec les sécrétions et le sang infectés. Une infection pendant l'accouchement est observée chez 5% des enfants dont la mère est atteinte d'hépatite C. Si la mère est infectée par le VIH, le risque d'infection augmente plusieurs fois.

Par transfusion sanguine. Un enfant peut être infecté par un virus lors d'une transfusion sanguine. Plus le bébé reçoit d'unités de sang, plus le risque d'être infecté est élevé. Les enfants les plus à risque sont ceux qui nécessitent une transfusion sanguine constante - les enfants atteints d'un cancer du sang. 30% de ces enfants après des transfusions sanguines fréquentes sont infectés.

Infection intra-utérine (infection fœtale pendant la grossesse). Le plus souvent, l'infection du bébé survient pendant la grossesse. Le virus peut être transmis au bébé par le placenta. C’est là la principale cause d’infection du nouveau-né par le virus de l’hépatite C. Avec ce type d’infection, la probabilité de guérison spontanée au cours de la première année de la vie d’un enfant est élevée.

Comment déterminer qu'un enfant est infecté

Un bébé né d'une mère souffrant d'hépatite C doit être observé au cours des premières années de sa vie. Malheureusement, il est impossible de déterminer immédiatement après la naissance si le bébé a été infecté par un virus ou non. Déterminez avec certitude si un enfant est infecté pendant la grossesse ou l'accouchement n'est possible qu'après 12 mois. Le fait est que les anticorps de la mère sont transmis au bébé par le placenta. Les anticorps peuvent être présents dans le sang d'un enfant jusqu'à 12-18 mois. À environ 95%, le bébé n'est pas infecté par la mère. Après la première année de vie, les anticorps maternels disparaissent progressivement du sang du bébé.

Jusqu’à 18 mois, on ne parle toujours pas d’anticorps anti-hépatite C dans le sang de l’enfant. La période maximale pendant laquelle les anticorps de la mère malade peuvent être présents dans le sang du bébé est de 18 mois. Si des anticorps sont détectés dans le sang de l’enfant après cette période, le virus se transmet. Ce ne sont pas des anticorps maternels, mais la réaction de l’enfant au virus.

Quelle est la différence dans l'évolution de la maladie chez les enfants et les adultes?

L'hépatite C est différente chez les enfants et chez les adultes. Chez l'enfant comme chez l'adulte, les symptômes du stade aigu sont souvent absents. Cependant, chez les enfants, le virus disparaît souvent tout seul et les enzymes hépatiques reviennent à la normale. L'âge précoce et l'activité normale des enzymes hépatiques entraînent souvent la disparition du virus du corps de l'enfant. Si un enfant entre dans une forme chronique, la maladie se développe mal pendant encore 5-20 ans.

Des études sur le foie, même 10 à 20 ans après l’infection, montrent des dommages minimes. Des lésions hépatiques modérées et graves touchent environ 4 à 6% des enfants atteints d'hépatite C chronique. Mais en général, l'hépatite C chez les enfants est beaucoup plus facile que chez les adultes.

Traitement de l'hépatite C chez les enfants

Le traitement de l'hépatite C chez les patients jeunes est similaire à celui des adultes. Le traitement jusqu’à trois ans est strictement interdit. Avec trois ans, vous pouvez commencer un traitement antiviral. Pour le traitement de jeunes patients, il existe une double thérapie combinée. De nombreuses études ont confirmé que les jeunes patients sont guéris plus souvent que les adultes et souffrent moins d’effets secondaires.

L'hépatite C chez les enfants est traitée par une thérapie combinée. Le traitement comprend l'interféron et la ribavirine. La durée du traitement dure de 24 à 48 semaines. La durée du traitement et la posologie des médicaments dépendent du type de virus présent dans le sang du bébé.

Des études confirment qu'après un traitement antiviral complet:

  • les enfants présentant le quatrième génotype du virus sont définitivement guéris dans 80% des cas;
  • les enfants présentant le troisième génotype du virus sont guéris dans 93% des cas;
  • les enfants porteurs du deuxième génotype du virus se débarrassent définitivement de la maladie dans 84% ​​des cas;
  • les enfants avec le premier génotype du virus se débarrassent complètement de la maladie dans 55% des cas.

Chez les enfants, le traitement est beaucoup plus favorable que chez les adultes. Plus tôt l’enfant commence à prendre des médicaments antiviraux, plus il a de chances de guérir plus vite et d’empêcher le passage du traitement aigu au traitement chronique.

Un traitement précoce de la maladie conduit à une efficacité élevée du traitement et supprime les complications possibles sous la forme de lésions hépatiques. Les enfants tolèrent le traitement antiviral est beaucoup plus facile pour les adultes et le nombre d'effets secondaires qu'ils ont plusieurs fois moins.

Publications Sur Le Diagnostic Du Foie

Pulsation dans le foie

La cirrhose

L'inconfort et les pulsations du foie indiquent qu'il est augmenté. En soi, le corps ne peut pas tomber malade, car il n'a pas de terminaison nerveuse. Les récepteurs de la douleur sont situés dans sa coquille.

Comment traiter l'hépatite B

Les régimes

L'hépatite B est appelée inflammation virale du foie, dont l'agent responsable est le virus de l'hépatite B. Dans la plupart des cas, le pronostic de la maladie est favorable.

Caractéristiques comparatives des médicaments Hépatrine et Essentiale

Les régimes

Les caractéristiques comparatives de l'hépatrine et de l'essentiale sont données à titre d'information. La prescription de médicaments devrait rendre le médecin traitant.

Médecine de jaunisse pour la médecine de nouveau-né

Des analyses

Quel est le taux et la limite de bilirubine chez le nouveau-né?Pour le traitement du foie, nos lecteurs ont utilisé avec succès le Duviron Duo. Vu la popularité de cet outil, nous avons décidé de l’offrir à votre attention.