Principal / La cirrhose

Maladie hépatique auto-immune

La cirrhose

9 février 2017, 11:19 Article d'expert: Nova Vladislavovna Izvchikova 0 8 270

L'une des pathologies hépatiques les moins étudiées est auto-immune. Les symptômes des maladies du foie auto-immunes sont légers et ne diffèrent pas beaucoup des autres pathologies d'organes. Ils se développent dans le contexte de la réponse du système immunitaire à ses propres tissus au niveau cellulaire. Les symptômes dépendent du type de maladie, ce qui complique le diagnostic des processus d'auto-immunité. Aujourd'hui, le traitement de ces maladies vise à corriger le travail du système immunitaire et non à enrayer les symptômes, comme auparavant.

Informations générales

Immunity est un système dont les travaux visent à protéger le corps humain contre les parasites pathogènes pouvant être des parasites, des infections, des virus, etc. Il réagit immédiatement avec des microorganismes exotiques et les détruit. Normalement, le système immunitaire ne répond pas à ses propres cellules, mais lorsqu'il échoue, les antigènes détruisent leur corps, ce qui entraîne l'apparition de maladies auto-immunes. Le plus souvent, de telles attaques visent un seul organe, mais des pathologies auto-immunes systémiques sont possibles, par exemple dans les vascularites systémiques. Il se trouve que l’immunité lutte initialement contre les cellules d’un organe, avant de toucher d’autres.

Personne ne peut déterminer la cause exacte de ce qui se passe, car ce sont des maladies peu étudiées. Le traitement est effectué par des médecins de différentes industries, ce qui s’explique par la localisation différente des lésions possibles. Les maladies auto-immunes du foie ont impliqué un gastro-entérologue, parfois un thérapeute. La thérapie vise à corriger le travail de l’immunité. Il est opprimé artificiellement, ce qui rend le patient facilement accessible à d'autres pathologies. Le plus souvent, les femmes souffrent d’affections hépatiques auto-immunes (8 patientes sur 10). On pense qu'ils sont dus à la propension génétique, mais la théorie n'est pas prouvée.

Les maladies auto-immunes localisées dans le foie comprennent:

  • cirrhose biliaire primitive;
  • hépatite auto-immune;
  • cholangite sclérosante primitive;
  • cholangite auto-immune.
Retour à la table des matières

Hépatite auto-immune

Aujourd'hui, l'hépatite auto-immune est déterminée chez 1 à 2 adultes sur 10, alors que presque tous les patients sont des femmes. Dans ce cas, la pathologie est détectée à l'âge de 30 ans ou après la ménopause. La pathologie évolue rapidement, accompagnée de cirrhose, d’insuffisance hépatique, d’hypertension portale, dangereuse pour la vie du patient.

L'hépatite auto-immune est caractérisée par une inflammation du foie due à des réactions d'immunité anormales.

L'hépatite auto-immune est un processus inflammatoire progressif de nature chronique qui se développe sur le fond des réactions auto-immunes. Les symptômes de la maladie gênent plus de 3 mois, alors qu'il y a des changements histologiques dans le corps (par exemple, une nécrose). Il existe 3 types de pathologie:

  • Type 1 - des auto-anticorps sont produits qui détruisent les antigènes de surface des hépatocytes, entraînant l'apparition d'une cirrhose;
  • Type 2 - beaucoup d'organes souffrent, ce qui s'accompagne de symptômes de violation des intestins, de la thyroïde et du pancréas; pathologie plus caractéristique des enfants de race blanche;
  • Type 3 - pathologie systémique, qui ne se prête presque pas au traitement.
Retour à la table des matières

Cirrhose biliaire primitive

Les anticorps peuvent produire des antigènes sur les cellules du foie dans les cas de cirrhose biliaire primitive - une pathologie à progression lente caractérisée par une lésion des voies biliaires hépatiques. De ce fait, une cirrhose du foie se développe. Dans le même temps, les tissus du foie meurent, ils sont remplacés par des fibreux. De plus, des ganglions sont formés dans le foie, constitués de tissu cicatriciel, qui modifie la structure de l'organe. La cirrhose biliaire primitive est plus souvent diagnostiquée chez les personnes âgées de 40 à 60 ans. Aujourd'hui, on le trouve plus souvent, ce qui s'explique par des technologies médicales plus avancées. La maladie ne s'accompagne pas de symptômes prononcés, mais en général elle ne diffère pas des signes des autres types de cirrhose.

La pathologie se développe en 4 étapes:

  1. absence de fibrose;
  2. fibrose périportale;
  3. pont fibrose;
  4. la cirrhose.
La cholangite sclérosante primitive auto-immune est plus affectée par les hommes en raison d'une infection du foie. Retour à la table des matières

Cholangite sclérosante primitive

Diagnostiquer une cholangite sclérosante primitive est plus souvent possible chez les hommes à partir de 25 ans. Il s'agit d'une lésion du foie qui se développe en raison du processus inflammatoire des voies extra-et intrahépatiques. On pense que la maladie se développe dans le contexte d'une infection bactérienne ou virale, qui est un provocateur du processus auto-immun. La pathologie est accompagnée d'une colite ulcéreuse et d'autres maladies. La symptomatologie est légère, mais des modifications sont visibles dans le test sanguin biochimique. Les symptômes indiquent la négligence de la défaite.

Cholangite auto-immune

Les anticorps peuvent attaquer le foie dans les cas de cholangite auto-immune, une maladie cholestatique chronique de nature immunosuppressive, dont l’histologie diffère peu de celle de la cirrhose biliaire primitive. Premièrement, la pathologie se développe dans les conduits hépatiques, les détruisant. La maladie est présente chez 10 patients atteints de cirrhose biliaire primitive. Les causes du développement n'ont pas été étudiées, mais il s'agit d'une maladie rare, dont le diagnostic est difficile.

Maladies du foie auto-immunes chez les enfants

Les anticorps peuvent provoquer des processus auto-immuns non seulement chez les adultes, mais aussi chez les enfants. Cela arrive rarement. Les symptômes se développent rapidement. Le traitement est réduit à des médicaments qui suppriment le système immunitaire. Dans le même temps, un gros problème est que la thérapie nécessite l'introduction de stéroïdes, ce qui peut affecter la croissance de l'enfant. Si une femme enceinte présente une pathologie de ce type, les anticorps peuvent être transmis par le placenta, ce qui conduit au diagnostic de la pathologie à l'âge de 4-6 mois. Cela n'arrive pas toujours, mais une telle femme et un tel bébé ont besoin de plus de contrôle. Faire cela pendant la grossesse n’est pas un dépistage du fœtus.

Symptômes et signes

Les anticorps qui attaquent le foie peuvent déclencher les symptômes suivants:

  • jaunisse (peau, sclérotique des yeux, urine);
  • fatigue constante et constante;
  • la taille du foie et de la rate augmente;
  • augmentation des ganglions lymphatiques;
  • douleur dans l'hypochondre droit;
  • le visage devient rouge;
  • peau enflammée;
  • articulations enflées, etc.

Diagnostics

Une maladie de nature auto-immune peut être détectée à l'aide de tests de laboratoire, qui montrent qu'il existe des anticorps anti-nucléaires dans le sang, mais comme les anticorps anti-nucléaires peuvent indiquer de nombreux autres facteurs, d'autres méthodes de recherche sont utilisées. L'immunofluorescence indirecte est réalisée. En outre, un dosage immunoenzymatique est effectué, ce qui indique la présence d'autres anticorps. La biopsie du foie est réalisée avec une analyse histologique de la biopsie. Les méthodes instrumentales utilisées incluent l'échographie, l'IRM, etc.

Traitement de pathologie

Dans le traitement des maladies auto-immunes, il existe de nombreux aspects inexplorés, car les pathologies elles-mêmes sont mal comprises par la médecine. Auparavant, les méthodes de traitement étaient réduites au soulagement des symptômes, perdant ainsi la cause de leur développement. Aujourd'hui, l'immunologie étant plus développée, le traitement vise à inhiber les anticorps agressifs. Les immunosuppresseurs sont inventés. Ils inhibent la production d'anticorps, ce qui réduit l'inflammation. Le problème est que les mécanismes de défense de l'organisme sont affaiblis, le rendant plus vulnérable aux virus et aux infections.

On montre au patient des cytostatiques, des corticostéroïdes, des antimétabolites, etc. L'utilisation de tels médicaments s'accompagne d'effets secondaires et de complications. Ensuite, on prescrit au patient des immunomodulateurs. Une étape importante dans le traitement des maladies auto-immunes du foie est la prise de complexes de vitamines et de minéraux.

Prévision

Grâce aux méthodes modernes de traitement, les prévisions se sont améliorées. Ils dépendent de nombreux facteurs. Il est possible de prédire l'évolution de la maladie en fonction du type de pathologie, de son évolution et de la rapidité du traitement correct. Si la pathologie n'est pas traitée, elle se développe rapidement. Dans ce cas, une transition indépendante vers la rémission est impossible. Avec une thérapie appropriée, les gens vivent entre 5 et 20 ans. Si la maladie est accompagnée de complications, prédisez 2 à 5 ans de la vie.

Prévention

Les causes du développement de processus auto-immuns étant inconnues, il n’existe pas de prévention spécifique. Les mesures préventives sont réduites au respect de la santé, ce qui, très probablement, permettra d’éviter l’apparition d’un mécanisme déclencheur. La prophylaxie secondaire est plus bien connue, dans laquelle le patient doit se soumettre à un contrôle régulier chez un gastro-entérologue, suivre un régime alimentaire doux, surveiller les immunoglobulines, etc.

Maladie hépatique auto-immune

Les pathologies les moins courantes du corps sont considérées comme des maladies auto-immunes chez les enfants et les adultes. Ces changements frappent soudainement le corps pour des raisons inconnues: l’immunité d’une personne commence à détruire non seulement des cellules étrangères, mais également des unités structurelles de divers organes. Leur traitement repose sur la suppression de l'immunité du patient et non sur un traitement symptomatique, comme c'était le cas auparavant.

Types de pathologies auto-immunes

Une caractéristique importante de ce type de maladie est décrite par les anticorps hépatiques, qui réagissent avec différents composants des cellules et des tissus. Selon la nature de la destruction de l'organe et son effet sur le corps, on distingue les pathologies suivantes:

  • cirrhose biliaire primitive;
  • hépatite auto-immune;
  • cholangite sclérosante primitive et auto-immune.
Retour à la table des matières

Cholangite sclérosante primitive

Il s'agit d'une maladie cholestatique chronique d'origine inconnue qui affecte et détruit les voies biliaires. Le plus souvent, il entraîne une cirrhose biliaire, une hypertension portale et une insuffisance hépatique. La transplantation hépatique est considérée comme la seule méthode de guérison efficace: dans ce cas, 15 à 20% des patients développent une nouvelle cholangite. Au stade avancé, les canaux pancréatiques et la vésicule biliaire sont également touchés. La majorité des patients (2/3) sont des hommes âgés de 30 à 60 ans.

Hépatite auto-immune

Une maladie du foie assez rare qui conduit rapidement à la cirrhose, à l'insuffisance hépatique et à la mort. Le diagnostic est compliqué par la nécessité d’éliminer d’abord tous les autres types de maladies: médicaments, hépatites virales, virales et chroniques, ainsi que d’autres maladies auto-immunes. Il se caractérise par un grand nombre d'anticorps différents dans le sang et par une hypergammaglobulinémie.

Cirrhose biliaire primitive

Il s’agit d’une maladie du foie à progression lente, survenant souvent chez les femmes d’âge moyen. Elle se caractérise par une destruction lente des voies biliaires intrahépatiques. La principale cause de cirrhose biliaire primitive est un trouble du système immunitaire, à la suite duquel les lymphocytes T détruisent les parois d'un organe. Il n’existe pas de traitement médical complet, vous ne pouvez que supprimer les symptômes. La seule issue est la greffe de foie.

Cholangite auto-immune

Cette atteinte hépatique est très similaire à la cirrhose, mais les anticorps produits diffèrent: au lieu d'être antimitochondriaux, ils sont antinucléaires. La cholangite est associée à une hépatite auto-immune et à une cirrhose. Elle est donc également appelée "syndrome étranger". Le développement de la pathologie est associé à un facteur génétique. Il est également prouvé que les hommes de 25 à 45 ans sont plus souvent malades.

Causes des violations

L'étiologie des maladies auto-immunes n'est pas complètement comprise. On pense que les principales causes sont les désordres du système immunitaire et les prédispositions génétiques. En outre, certains médicaments provoquent des pathologies (interféron et autres). Les médecins ont observé un lien entre d’autres maladies et ces troubles. Ils ont donc identifié ce groupe comme facteur de risque de changement pathologique:

  • thyroïdite auto-immune;
  • Maladie de Graves;
  • le vitiligo;
  • anémie hémolytique et pernicieuse;
  • dermatite herpétiforme;
  • la gingivite;
  • glomérulonéphrite;
  • diabète sucré insulino-dépendant;
  • iritis;
  • lichen plan;
  • myosite locale;
  • fièvre neutropénique;
  • colite ulcéreuse;
  • péricardite, myocardite;
  • neuropathie nerveuse périphérique;
  • la pleurésie;
  • cholangite sclérosante primitive;
  • rhumatisme;
  • Le syndrome de Cushing;
  • Le syndrome de Sjogren;
  • synovite;
  • lupus érythémateux disséminé;
  • érythème nodosum;
  • alvéolite fibrosante;
  • urticaire chronique.
Retour à la table des matières

Symptômes de maux

Au stade initial, tous les types de violations de cette nature sont asymptomatiques. Lorsque le corps se détériore, les symptômes suivants de maladies auto-immunes apparaissent:

    Nayavnost spetsficheskih caractéristique et des signes non spécifiques de la maladie du foie.

couleur jaune de la peau, sclérotique;

  • fatigue permanente;
  • une augmentation de la taille du foie et de la rate;
  • gonflement des ganglions lymphatiques;
  • douleur dans l'hypochondre droit;
  • rougeur du visage;
  • inflammation de la peau;
  • gonflement des articulations;
  • fièvre
  • urine foncée;
  • prurit et éruption cutanée;
  • nausée, vomissement;
  • chez les garçons, gynécomastie (gonflement des seins);
  • chez les femmes, aménorrhée (menstruations rares).
  • Retour à la table des matières

    Diagnostic des violations

    Premièrement, le médecin doit s'assurer que les changements dans le corps surviennent précisément en raison de troubles immunitaires et non de substances toxiques, d'alcool ou de virus. Pour diagnostiquer une maladie, il est nécessaire de procéder aux examens présentés dans le tableau:

    Symptômes et traitement des maladies auto-immunes du foie

    Malheureusement, comme l'ont montré des recherches médicales, le nombre de patients présentant diverses lésions du foie augmente chaque année. De plus, si un organe auparavant important était atteint à un âge avancé, l’âge des patients est actuellement dans une large mesure plus jeune.

    Probablement, tout le monde comprend parfaitement que dans le corps humain, chaque organe remplit un objectif particulier et que, si la capacité d'un seul échoue, tout le corps en souffrira. Le foie est considéré comme l'un des organes humains les plus importants, car c'est dans celui-ci que sont neutralisés tous les types de substances toxiques ingérées quotidiennement dans le corps humain. De plus, si les fonctions hépatiques sont altérées, le métabolisme dans le système digestif, ainsi que la régulation du flux sanguin, fonctionneront également de manière inappropriée. En termes simples, on peut dire qu'une personne ne peut tout simplement pas vivre sans un corps important. Et comme le foie est assez facilement endommagé, il appartient à chacun de suivre l'état de santé de cet organe. Pour ce faire, il vous suffit de consulter régulièrement un médecin au moins une fois par an, afin que celui-ci puisse examiner en profondeur l'état de santé et, le cas échéant, prescrire une méthode de traitement efficace.

    Maladies auto-immunes affectant le foie

    Le type de maladie le plus inexploré qui affecte le foie est auto-immune. La raison est assez simple: les maladies auto-immunes du foie, de nature primaire, se manifestent par des symptômes bénins et ressemblent beaucoup aux autres manifestations pathologiques qui touchent un organe humain important.

    Seul un diagnostic correct et des visites au médecin en temps utile aideront le patient. Une visite à un établissement médical ne doit en aucun cas être différée.

    Une maladie auto-immune se développe selon un schéma inhabituel, c’est-à-dire que, avec la progression de l’hépatite, le foie est détruit lorsqu’il est exposé au système immunitaire humain. Lorsqu’il prescrit une méthode de traitement, le médecin choisit la direction à suivre pour restaurer le système immunitaire afin d’atténuer les effets de la réaction agressive d’immunoglobuline sur les tissus et organes internes du patient, et non pour arrêter la lésion.

    Types de maladies auto-immunes du foie

    Le plus souvent, le processus auto-immunitaire pathologique est diagnostiqué chez le beau sexe et à un assez jeune âge - de 30 à 35 ans ou après le début de la ménopause. La maladie se développe très rapidement et peut causer le développement de maladies très graves:

    • la cirrhose;
    • insuffisance hépatique;
    • type de portail hypertension.

    Les maladies susmentionnées entraînant souvent la mort, le processus pathologique auto-immune doit être identifié le plus tôt possible et un traitement efficace doit être instauré.

    En médecine, il existe 3 types de pathologies hépatiques à développement rapide:

    1. Dans le premier type, de nombreux auto-anticorps commencent à être produits dans le corps humain, ce qui détruit les hépatocytes superficiels par leurs actions destructrices. En conséquence, commence à progresser une maladie grave appelée cirrhose du foie.
    2. Avec le développement du second type, de nombreux organes internes de la personne sont affectés - du tractus biliaire à la thyroïde. Le plus souvent, ce type de pathologie est observé chez les patients jeunes.
    3. Le troisième type est considéré comme le plus grave, car une telle pathologie est considérée comme systémique et ne se prête pratiquement pas à un traitement médical.

    Symptômes de la maladie

    Au cours des effets indésirables des anticorps, le patient à qui on diagnostiquera une hépatite auto-immune peut ressentir plusieurs sensations très désagréables. La liste des symptômes de la maladie est la suivante:

    • jaunissement de la peau et des muqueuses;
    • décoloration de l'urine et des matières fécales;
    • fatigue constante de tout l'organisme;
    • une augmentation de la taille des ganglions lymphatiques, de la rate et du foie;
    • douleur dans l'hypochondre droit;
    • inflammation et gonflement des articulations.

    Parfois, la peau du visage peut devenir très enflammée et rougir.

    Comment la maladie est-elle diagnostiquée?

    Les maladies auto-immunes ne peuvent être diagnostiquées que dans un laboratoire, à l'aide de tests de laboratoire spécialement conçus. En fonction des résultats obtenus, le médecin sera en mesure de déterminer s’il existe des anticorps antinucléaires hostiles dans le système circulatoire du patient. Cependant, les tests de laboratoire à eux seuls ne seront pas suffisants pour poser un diagnostic précis, car la présence d’anticorps antinucléaires peut indiquer le développement d’autres maladies. Par conséquent, le diagnostic est attribué au complexe, qui comprend les éléments suivants:

    • dosage immunoenzymatique;
    • examen histologique de la biopsie;
    • biopsie du foie;
    • IRM et échographie.

    Si nécessaire, votre médecin peut vous prescrire plusieurs tests supplémentaires pour diagnostiquer avec précision et prescrire une méthode de traitement efficace.

    En aucun cas, on ne devrait commencer à traiter des maladies auto-immunes, car même une action incorrecte peut aggraver de manière significative la santé précaire du patient. Si le traitement médicamenteux est choisi correctement, le patient consultera rapidement un médecin. L'espérance de vie peut être prolongée de 7 à 15 ans si, bien entendu, les patients respectent scrupuleusement le traitement médical et suivent le régime recommandé.

    Maladie hépatique auto-immune

    Syndrome des antiphospholipides

    Pour le traitement du foie, nos lecteurs ont utilisé avec succès le Duviron Duo. Vu la popularité de cet outil, nous avons décidé de l’offrir à votre attention.
    Lire la suite ici...

    Le syndrome des antiphospholipides (APS) appartient au groupe des pathologies auto-immunes. Caractérisé par la synthèse d'anticorps dirigés contre les phospholipides en grande quantité, ce qui entraîne à son tour la formation de caillots sanguins dans les vaisseaux.

    En médecine, il existe plusieurs options pour la systématisation du syndrome des antiphospholipides. Le premier est basé sur les raisons qui ont conduit à ce type de maladie, le second - sur la forme de la maladie.

    Selon les raisons, l'APS peut être primaire et secondaire. L'APS primaire se développe indépendamment et au bout de cinq ans, depuis l'apparition des premiers signes, le patient n'est pas diagnostiqué comme souffrant de troubles immunitaires, d'oncologie, de maladies d'origine infectieuse et rhumatismale. Ce type de SPA conduit le plus souvent au développement d'une pathologie auto-immune - le lupus érythémateux systémique. L'APS secondaire se développe dans le contexte d'autres pathologies conduisant à une formation accrue de caillots sanguins.

    En fonction de la forme d'apparition du syndrome des antiphospholipides, on distingue les types suivants:

    1. Catastrophique - dans le contexte d’une augmentation rapide des anticorps anti-phospholipides, de la formation de caillots sanguins dans de nombreux organes, ce qui entraîne leur dysfonctionnement.
    2. Primaire - procède sans signes d'autres pathologies.
    3. Une APS dans le contexte du lupus érythémateux systémique apparaît avec des signes de la maladie de la cause première.
    4. L’APS avec un tableau clinique du lupus érythémateux systémique présente un tableau clinique d’une maladie auto-immune, mais passe rapidement avec l’abolition des médicaments qui ont conduit au développement de tels signes.
    5. APS sans anticorps anti-phospholipides dans le sang.
    6. PPA avec signes de thrombophilie.

    Raisons

    À l'heure actuelle, les médecins ne connaissent pas de manière fiable les véritables causes du développement du syndrome des antiphospholipides. Cependant, il est bien connu que les patients ayant eu des cas de développement d'un état pathologique similaire dans la famille étaient à risque. Risque élevé d'augmentation de la synthèse d'anticorps anti-phospholipides chez les patients atteints de maladies virales ou infectieuses de diverses localisations. Le risque de cette pathologie augmente avec le cancer et les maladies auto-immunes. Certains médicaments ayant un effet psychotrope ou hormonal peuvent interférer avec les processus normaux de synthèse des phospholipides et des anticorps dirigés contre eux.

    La plus grande influence sur le développement du syndrome APS est une violation de la production de quatre types d'immunoglobulines. En violation de la synthèse des immunoglobulines de la classe IgG et IgM chez les patients développent l'une des pathologies immunitaires les plus dangereuses - le lupus érythémateux systémique, qui est l'une des causes de la diminution de la production d'anticorps anti-phospholipides. En raison de la croissance des classes d'immunoglobuline G et M chez les patients atteints de lupus érythémateux disséminé, le nombre de plaquettes dans le sang augmente, ce qui entraîne une thrombose et un blocage vasculaire.

    Le groupe d'anticorps suivant, dont la synthèse conduit à l'APS - anticorps dirigés contre l'antigène de la cardiolipine, est constitué d'immunoglobulines des classes A, G et M. La synthèse perturbée de ces anticorps au cours du diagnostic est retrouvée chez des patients atteints de syphilis.

    Si le syndrome des antiphospholipides est provoqué par des troubles endocriniens, le patient présente une augmentation des anticorps dans le sang, qui se manifestent par un mélange de lipides, de cardiolipine et de phosphatidylcholine. Et le dernier groupe d'anticorps qui entraînent une augmentation du nombre de caillots sanguins et le développement d'APS, des anticorps dépendants des phospholipides bêta-2-glycoprotéine-1-cofacteur.

    Les symptômes

    Le diagnostic du syndrome des antiphospholipides est parfois difficile. Cela est dû au tableau clinique de l'évolution de la pathologie, qui présente un tableau clinique similaire à de nombreuses autres maladies. La manifestation des symptômes dépend en premier lieu de la localisation du caillot sanguin, de sa taille, du type de vaisseau dans lequel il se trouve et des maladies qui le précèdent.

    Avec la formation de caillots sanguins, il y a une violation de son fonctionnement. Si un caillot sanguin a provoqué le blocage de petits vaisseaux, l'efficacité du corps diminue progressivement et, si elle n'est pas traitée, son atrophie est inévitable. Lorsque le blocage de gros navires peut être une violation grave et une détérioration du fonctionnement du corps.

    Avec la localisation d'un caillot sanguin dans les membres, ce qui se produit le plus souvent, une SPA est accompagnée de l'apparition d'un spasme vasculaire grave, accompagné d'un œdème tissulaire, d'une rougeur et d'une douleur. Sous sa forme avancée, en l’absence de traitement rapide, il peut entraîner la formation d’ulcères et une gangrène des extrémités.

    Lorsqu'un caillot sanguin est déplacé dans les vaisseaux sanguins situés près des organes respiratoires, il peut en résulter une augmentation de la pression locale dans les vaisseaux pulmonaires et des hémorragies internes. Ce type de SPA est accompagné d'une pâleur de la peau, d'une détérioration de l'état général, d'une insuffisance respiratoire.

    Lors du diagnostic de la SAP des reins, un thrombus se situe dans les vaisseaux rénaux et conduit à des pathologies néphrotiques: développement d'une pyélonéphrite, insuffisance rénale, augmentation de la pression rénale. Accompagné d'urémie, de protéinurie, de maux de dos et d'altération de la fonction urinaire.

    Le foie APS entraîne la croissance du corps en taille et la violation de sa fonction de nettoyage. Cela conduit à une forte diminution de la composition en lipides ou en potassium dans le sang. Il augmente également la pression intrahépatique et l'activité de l'AcAT et de l'AlAT.

    Le plus grand danger est la SAP avec la défaite du système nerveux humain, qui peut se traduire par des migraines, des accidents vasculaires cérébraux, des convulsions et d'autres maladies psychiatriques et neurologiques. Avec la défaite des vaisseaux sanguins du cerveau développe la sclérose en plaques, réduction de l'acuité visuelle, perte auditive, amnésie, vertiges fréquents.

    Avec la défaite du syndrome des antiphospholipides des vaisseaux cardiaques, le patient peut présenter diverses pathologies cardiovasculaires: augmentation de la pression artérielle, perturbation des valves cardiaques et de leur insuffisance. Dans le même temps, les dommages aux vaisseaux cardiaques de l'APS entraînent rarement le développement d'une insuffisance cardiaque.

    APS pendant la gestation

    Le syndrome de l'AF et la grossesse sont souvent difficiles à faire correspondre à la terminologie, car l'augmentation des anticorps anti-phospholipides est à l'origine de nombreuses complications. La médecine a prouvé que l’APS conduit à la stérilité, aux tentatives d’insémination artificielle infructueuses, aux fausses couches, aux avortements spontanés, au manque d’eau, à l’insuffisance placentaire et à son décollement, à la naissance prématurée, aux pathologies du développement fœtal, à la naissance d’un enfant mort.

    Un diagnostic d'APS dans l'histoire d'une femme enceinte conduit au développement d'une ou plusieurs des complications énumérées, avec une probabilité de plus de 80%. Parallèlement, si le traitement n’est pas appliqué dans 100% des cas, l’APS entraîne la mort du fœtus et des difficultés pour la fonction de reproduction à l’avenir.

    Si la grossesse est maintenue à la naissance, l’enfant a déjà des anticorps anti-phospholipides dans l’hème, qui peuvent circuler de manière asymptomatique dans le sang ou entraîner une thrombose de divers organes.

    Aujourd'hui, grâce aux progrès de la médecine, l'APS et la grossesse sont compatibles, mais nécessitent des soins particuliers de la part de la femme et du médecin traitant. Ainsi, une préparation minutieuse au stade de la planification et de la grossesse est nécessaire. À ce stade, une femme devrait prendre des médicaments qui empêchent la formation de caillots sanguins, ainsi que de vitamines (acide folique, magnésium, vitamine B6, oméga 3-6-9). Si le syndrome des antiphospholipides est accompagné d'autres maladies auto-immunes, le médecin vous prescrit des hormones.

    Après avoir accouché, une femme doit poursuivre le traitement utilisé pendant la grossesse et suivre de près son état avec le médecin traitant.

    Diagnostics

    Le diagnostic de la SPA est un processus fastidieux qui comprend de nombreuses études de laboratoire et instrumentales. Lors du diagnostic, il est important de procéder à un diagnostic différentiel, car le syndrome de FA apparaît avec un tableau clinique caractéristique d'autres maladies.

    La première étape de l'étude consiste en un don de sang pour la présence de marqueurs spécifiques. Il est nécessaire de prendre l'analyse plusieurs fois, car la première peut être fausse positive. Dans le cas de deux résultats positifs ou plus indiquant la présence d'anticorps, un traitement approprié est prescrit. Pour déterminer l'état général du patient atteint de SPA, il est nécessaire de passer un test sanguin complet, un coagulogramme et un test d'hémostase.

    L’échographie avec dopplerogramme est une méthode importante d’instruction instrumentale, qui permet de déterminer l’état des vaisseaux, la présence de caillots sanguins dans ceux-ci, ainsi que d’évaluer le flux sanguin. Avec des données insuffisantes, une imagerie par résonance magnétique est effectuée, ce qui fournit des données plus précises.

    Traitement

    Comme la PPA est assez rare dans la pratique médicale, il n’existe actuellement aucune norme uniforme en matière d’observation et de traitement. Le traitement de la SPA est effectué afin de réduire les manifestations cliniques de la maladie de cause sous-jacente.

    Il est également important d'observer un certain rythme de vie. Avec l'APS, l'haltérophilie, l'assise prolongée, les efforts physiques intenses, l'entraînement cardiovasculaire accru et les exercices de secousses ne sont pas autorisés. L'exercice excessif peut conduire à la séparation d'un caillot sanguin et à la détérioration du patient. Également au moment du traitement et jusqu'à sa guérison complète, le patient doit abandonner son voyage et rester longtemps sur la route. En particulier, les voyages aériens.

    Le traitement médicamenteux vise à éliminer et à prévenir la thrombose. L'élimination des caillots sanguins dans le syndrome des antiphospholipides est réalisée avec des anticoagulants. Au début de la thérapie, des anticoagulants directs sont utilisés, ce qui est nécessaire pour réduire rapidement la coagulation du sang. Ce groupe de médicaments contribue également à la dissolution des caillots sanguins formés dans le sang. Après une série d'anticoagulants indirects, des médicaments à action directe sont utilisés, qui permettent de maintenir les indicateurs de coagulation normaux atteints plus tôt.

    Avec une forme catastrophique d'APS, le patient nécessite une hospitalisation urgente et un traitement de réanimation avec l'utilisation de médicaments antibactériens, d'héparines, de médicaments hormonaux et d'immunoglobulines.

    Après une élimination réussie de la thrombose, le patient atteint d’APS doit maintenir ces résultats. En fonction des caractéristiques de la pathologie, l'administration d'Aspirin ou de Warfin est prescrite, ce qui empêche la coagulation du sang et la formation de caillots sanguins.

    Le patient, ayant appris qu'il s'agit d'un tel syndrome d'antiphospholipides, doit consulter d'urgence un médecin (gynécologue, rhumatologue ou hématologue) afin de diagnostiquer et de prescrire le traitement approprié. L'APS se produit avec un tableau clinique différent, selon lequel le traitement est prescrit.

    Tests de cirrhose du foie

    Le diagnostic de la cirrhose du foie devrait être complet. Lors de l'examen initial, le médecin peut établir un diagnostic préliminaire sur la base de signes cliniques et prescrire une échographie abdominale et des tests de laboratoire. La cirrhose est une lésion grave du parenchyme hépatique, dans laquelle le tissu fonctionnel normal est remplacé par du tissu conjonctif dense. Les modifications corporelles étant irréversibles, les tests ne peuvent que contribuer à déterminer la gravité des dommages et à donner un pronostic au patient.

    CBC

    Le test sanguin clinique (général) est l’étude la plus simple qui montre le nombre de cellules sanguines dans le lit vasculaire, leurs modifications qualitatives et quantitatives. Cette analyse comprend les indicateurs clés suivants:

    • Les globules rouges sont des globules rouges qui transfèrent l'hémoglobine aux tissus. En cas de cirrhose du foie, leur nombre est inférieur à la normale.
    • L'hémoglobine est un pigment des globules rouges responsable du transport de l'oxygène et du dioxyde de carbone. Son niveau est réduit en raison d'une diminution du nombre de globules rouges.
    • Les plaquettes sont des cellules impliquées dans la coagulation du sang. Chez les patients atteints de cirrhose du foie, leur nombre est réduit, ce qui augmente le risque de saignement.
    • ESR (vitesse de sédimentation des érythrocytes) est un test qui vous permet de déterminer le développement de modifications pathologiques dans le corps. Dans ce cas, la vitesse est augmentée.
    • Les leucocytes sont des cellules incolores activées par tout processus inflammatoire. Dans la cirrhose, leur niveau augmente à mesure que le système immunitaire rejette le tissu cicatriciel du foie et comprend des mécanismes de protection.

    Biochimie sanguine

    Le test sanguin biochimique de la cirrhose du foie est une étude de laboratoire fondamentale qui permet de juger de l’ampleur des lésions tissulaires. Après le décodage des résultats, des tests supplémentaires peuvent être nécessaires, mais la biochimie sanguine est prescrite en premier.

    Les enzymes

    Le foie est un organe qui produit une quantité énorme d’enzymes nécessaires au bon fonctionnement de tout l’organisme. Les études sur les enzymes hépatiques sont dans la plupart des cas incluses dans un test sanguin biochimique complet, mais peuvent également être effectuées séparément. Pour évaluer la situation dans son ensemble, il convient de se concentrer non seulement sur les résultats de la biochimie, mais également sur les symptômes de la maladie, car une augmentation du niveau des enzymes peut également être observée dans les maladies d'autres organes.

    ALT et AST

    ALT (alanine aminotransférase) et AST (aspartate aminotransférase) sont des enzymes hépatiques (protéines) impliquées dans le métabolisme des acides aminés. Leur deuxième nom est transaminase ou aminotransférase. Chez une personne en bonne santé, son activité dans le sang n'est pas affichée et varie entre 31 et 37 U / l chez les femmes et entre 31 et 47 U / l chez les hommes.

    Une augmentation du taux d'aminotransférases dans le sang peut indiquer certaines pathologies.

    • La nécrose (disparition) des cellules du foie est un processus irréversible dans lequel les parois des cellules sont détruites et les enzymes qui s'y trouvent sont libérées dans le sang. Cependant, les indicateurs d'ALAT et d'AST dans la cirrhose du foie ne seront pas beaucoup augmentés, car les cellules restantes ne sont pas suffisantes pour provoquer leur forte augmentation.
    • La stagnation de la bile (cholestase) dans la cirrhose affecte également les processus du métabolisme cellulaire, ce qui conduit à la nécrose des hépatocytes et à une augmentation du taux d'ALAT et d'AST.
    • La dégénérescence graisseuse, première étape du développement de la cirrhose, entraîne également une augmentation de l'activité des enzymes hépatiques.

    L'ALT et l'AST en cas de cirrhose du foie ou de suspicion de celui-ci est l'un des indicateurs les plus brillants. Ils montrent le développement de processus inflammatoires dans le foie et la destruction de cellules fonctionnelles. Cependant, leur niveau peut également dépendre d'autres facteurs: âge, sexe (chez les femmes, les indicateurs sont normalement plus bas) et poids corporel (la surcharge pondérale est la cause de l'augmentation de l'ALAT et de l'AST).

    Phosphatase alcaline

    La phosphatase alcaline (phosphatase alcaline) est une enzyme qui intervient dans les processus du métabolisme du phosphore. Il sépare les molécules de phosphore des composés organiques et les transporte à travers la membrane cellulaire. Il est appelé alcalin car il montre la plus grande activité à un pH de 8,6 à 10,1. La phosphatase alcaline est localisée et agit dans les cellules du foie et des voies biliaires. Ainsi, en cas de cirrhose, une analyse de sang montre une augmentation de son niveau dans le sang.

    Gamma-glutamyltransférase (GGT)

    La GGT est une enzyme qui se trouve normalement dans les cellules du foie et qui participe au métabolisme des acides aminés. Sa libération dans le sang s'observe dans les modifications inflammatoires ou dégénératives du foie, notamment l'hépatite et la cirrhose. Son niveau augmente également avec l’alcoolisme et revient à la normale un mois après l’abandon de l’alcool, si la maladie n’a pas eu le temps de provoquer des modifications irréversibles du foie.

    Dans le diagnostic de la maladie du foie, cette enzyme n’est pas moins importante que d’autres paramètres sanguins. Chez les hommes en bonne santé, son niveau est de 10–71 U / l, pour les femmes de 6–42 U / l. Avec la cirrhose, ces nombres peuvent augmenter considérablement.

    Protéines, graisses, électrolytes

    En cas de cirrhose du foie, la biochimie indique l'état général de tous les organes principaux du patient.

    Protéines totales

    Les protéines présentes dans le plasma sanguin et détectées par des recherches biochimiques sont synthétisées, y compris dans les cellules du foie. Les principales sont l’albumine et les globulines, et les protéines totales représentent la quantité de ces deux fractions. Dans la cirrhose, les hépatocytes meurent et les protéines se forment en plus petites quantités, ce qui entraîne une diminution de leurs taux sanguins. L'hypoprotéinémie peut être le résultat d'une ingestion insuffisante de protéines dans les processus alimentaires, inflammatoires ou néoplasiques, en plus des maladies du foie.

    Bilirubine

    La bilirubine est un pigment biliaire formé d’hémoglobine et de myoglobine. Dans le sang, il est présent sous forme non liée (libre), puis pénètre dans le foie et se lie à l'acide glucuronique. Dans une forme liée, il est excrété dans les matières fécales et l'urine, provoquant leur couleur jaune.

    Pour le traitement du foie, nos lecteurs ont utilisé avec succès le Duviron Duo. Vu la popularité de cet outil, nous avons décidé de l’offrir à votre attention.
    Lire la suite ici...

    La bilirubine dans la cirrhose du foie se trouve dans le sang à des concentrations élevées. Normalement, son niveau ne dépasse pas 5 mmol / l, ce qui représente environ 4% de la bilirubine totale dans le corps. Cette substance est toxique en grande quantité, peut pénétrer dans le cerveau et provoquer des phénomènes nerveux. Le même pigment provoque le développement de la jaunisse.

    Indice de prothrombine

    La prothrombine est une protéine, précurseur de la thrombine, responsable de la coagulation du sang et de la formation de caillots sanguins. Déterminer la quantité de cette protéine à l’aide du test QuickGuide. L'étude compare le taux de coagulation du plasma sanguin d'une personne en bonne santé et du plasma sanguin testé. Avec la cirrhose, la quantité de prothrombine est réduite et par conséquent, l'indice de prothrombine diminue.

    Essais immunologiques

    Les résultats de l'analyse biochimique du sang peuvent ne pas être suffisants pour bien évaluer le tableau clinique de la maladie. Parmi toutes les formes de cette maladie, la cirrhose biliaire peut être d'origine auto-immune. Les tests sanguins immunologiques peuvent détecter certains anticorps:

    • AMA - antimitochondrial;
    • SMA - anticorps pour lisser les muscles;
    • anti-LKM1 - anticorps dirigés contre les microsomes du foie et du rein de type 1;
    • ANA - anticorps antinucléaires.

    Les études immunologiques ne sont pas nécessaires chez tous les patients. Ils ne sont prescrits que si la cause de la douleur dans le foie n'est pas claire. Chez ces patients, le système immunitaire attaque et détruit les hépatocytes en les prenant pour substances étrangères. Les tests immunologiques sont un moyen de diagnostiquer la cirrhose du foie et son étiologie en cas d'échec du sondage d'un patient et d'autres tests.

    Test d'urine

    La cirrhose du foie est une maladie grave qui affecte le travail de tous les organes et systèmes. La cirrhose présumée est une indication pour un examen complet du corps, y compris l'analyse d'urine. Les patients peuvent détecter des inclusions pathologiques: protéines, cylindres, globules rouges, bilirubine et globules blancs.

    Détermination du stade de la cirrhose par analyse

    Les numérations sanguines dans la cirrhose du foie peuvent non seulement indiquer la présence de la maladie, mais également aider à déterminer le stade auquel se trouve le patient. Pour cela, il y a la méthode Child-Pugh, qui repose sur divers tests de laboratoire. Le tableau présente les principaux indicateurs ayant une valeur diagnostique dans l’évaluation de la gravité de la cirrhose.

    Hépatite auto-immune

    Cette maladie chronique est un événement inflammatoire non résolu du foie qui n’a pas de nature établie. La nature de l'inflammation est périportale ou plus étendue: des auto-anticorps tissulaires sont présents. Il existe plusieurs schémas thérapeutiques, mais le patient ne peut être complètement guéri qu'après une greffe d'organe.

    Indications pour le traitement de l'hépatite auto-immune

    Les maladies hépatiques auto-immunes sont dangereuses car le mécanisme de défense du corps attaque ses propres cellules. Auparavant, il était possible de diagnostiquer la maladie lorsque le patient avait déjà développé une cirrhose auto-immune du foie et l'efficacité du traitement était très faible. Les méthodes de diagnostic modernes aident à déterminer la progression de la maladie beaucoup plus tôt. Il existe trois types d'AIG (hépatite auto-immune), chacun d'entre eux suggérant un schéma thérapeutique différent. Le type de maladie détermine la réponse au traitement, le pronostic et les symptômes de l'évolution naturelle. Il y a de tels types:

    • Type 1 - anti-ANA, anti-SMA positif;
    • Type 2 - anti-LKM-l positif;
    • Le type 3 est anti-SLA positif.

    Il existe plusieurs options pour les indications qui déterminent la nécessité d'un traitement pour l'hépatite auto-immune. Ils sont détectés après examen du patient par le médecin, tests sérologiques. Il existe les indications suivantes pour le traitement de l'hépatite auto-immune:

    Ne pas effectuer de traitement

    Symptômes légers à modérés

    Progression régulière des symptômes marqués

    Asymptomatique, petites modifications de laboratoire observées.

    Je suis allé à l'hôpital parce qu'il y avait une douleur dans l'hypochondre droit, des nausées, de la fatigue. Le médecin a fait l’analyse et diagnostiqué une hépatite chronique. Moralement, c’était très difficile, mais le médecin a dit que la thérapie conservatrice me serait utile, même si je devais vivre avec. La prednisolone et des immunosuppresseurs ont été prescrits pour supprimer les anticorps.

    Ce terrible diagnostic - hépatite auto-immune - a été donné à mon fils de 6 ans. Nous avons été traités, pendant quelque temps, la maladie était en rémission. À 12 ans, l'enfant a eu une rechute et la situation est redevenue dangereuse. L'enfant doit constamment continuer à prendre de la prednisolone et, pendant l'exacerbation, à ajouter d'autres médicaments prescrits par le médecin.

    Il a fallu 5 mois pour poser un diagnostic, les médecins ont compris très longtemps, mais ils ont finalement diagnostiqué une hépatite cryptogénique (auto-immune). En raison de son retard, une cirrhose du foie a commencé à se développer. Je fais la queue pour une greffe depuis deux ans, il n'y a pas de donneur, je suis régulièrement traité par immunosuppresseurs, la prednisone.

    L'hépatite auto-immune est une maladie dangereuse qui s'accompagne d'inflammation chronique et de lésions du foie. Cette maladie est souvent diagnostiquée chez les personnes jeunes et matures. En l'absence de traitement ou trop tard, le pronostic pour les patients est défavorable. C'est pourquoi vous devriez lire les informations supplémentaires.

    Alors, quelle est la pathologie? Quelles sont les raisons de son apparition? À quels signes dois-je faire attention? Quels tests pour l'hépatite auto-immune doivent réussir? Existe-t-il des thérapies vraiment efficaces? Quelles sont les projections pour les patients? De nombreux lecteurs cherchent des réponses à ces questions.

    Quelle est la pathologie?

    L'hépatite auto-immune (selon la CIM-K73.2) est une maladie qui s'accompagne d'un processus inflammatoire chronique dans les tissus du foie. Il s'agit d'une pathologie liée au système immunitaire: pour une raison ou une autre, le corps humain commence à produire des anticorps spécifiques qui attaquent les cellules de son foie.

    Cette maladie est considérée comme rare - pour chaque million de la population, ce diagnostic ne dépasse pas 50-200. Le plus souvent, les personnes âgées de 10 à 30 ans tombent malades (une hépatite auto-immune chez l'enfant est également possible) et de 50 à 70 ans. Les femmes sont plus sujettes à cette maladie.

    Par ailleurs, D. Waldenström a décrit en 1950 les symptômes de l'hépatite progressive, qui se terminaient invariablement par une cirrhose. En 1956, lors d'études, des corps antinucléaires ont été trouvés dans le sang de patients, ce qui a confirmé l'origine auto-immune de la maladie. A cette époque, la maladie s'appelait "hépatite lupoïde". Le terme «hépatite auto-immune» a été introduit dans la nomenclature internationale en 1965.

    Les principales causes du développement de la maladie

    L'hépatite auto-immune est associée à une activité insuffisante du système immunitaire humain, comme l'indique en réalité le nom de la pathologie elle-même. Une attaque d'anticorps entraîne des modifications inflammatoires et nécrotiques des structures du foie.

    Au cours des recherches sur le sang des patients, plusieurs types d’anticorps ont été détectés. Néanmoins, deux composés jouent un rôle majeur dans le développement de la maladie:

    • Anticorps anti-SMA (anti-muscle lisse) qui détruisent les plus petites structures des cellules du muscle lisse;
    • Les anticorps anti-ANA (antinucléaires) ont un effet néfaste sur l'ADN et les protéines des noyaux cellulaires.

    Malheureusement, à ce jour, les causes exactes de la survenue de réactions auto-immunes sont inconnues. Certains suggèrent que les virus qui pénètrent dans le corps humain, en particulier les virus de diverses formes d'hépatite, le virus de l'herpès simplex, l'infection par le VIH et le virus d'Epstein-Barr, peuvent activer cette maladie.

    Les facteurs de risque incluent l'activité de Salmonella et de la levure dans le corps humain. Il y a une prédisposition génétique. Grâce à la recherche scientifique, il a été constaté que l’apparition du processus auto-immun est parfois associée à la prise de médicaments tels que l’oxyfénisatine, la monocycline, l’isoniazide, le diclofénac.

    Hépatite auto-immune: symptômes

    Malheureusement, il n’existe aucun signe spécifique, dont l’apparition pourrait confirmer la présence d’une forme auto-immune d’hépatite. Le tableau clinique est flou. Les symptômes suivants peuvent apparaître:

    • détérioration générale du patient;
    • somnolence constante;
    • fatigabilité rapide, diminution des performances;
    • une personne se lasse d'efforts physiques, même minimes, que le corps a endurés tout à fait normalement dans le passé;
    • l'apparition d'une sensation d'éclatement, une lourdeur constante dans l'hypochondre droit;
    • la sclérotique des yeux et de la peau est peinte en jaune (la jaunisse peut être à la fois permanente et passagère);
    • l'urine du patient devient beaucoup plus sombre;
    • on observe des augmentations périodiques de la température corporelle (la fièvre disparaît aussi vite qu’elle apparaît);
    • douleurs articulaires, muscles endoloris;
    • perte d'appétit et perte de poids associée;
    • Les housses sont affectées par des troubles du foie - les patients se plaignent d’irritations cutanées, de brûlures, de rougeurs;
    • les femmes peuvent avoir une violation du cycle menstruel (parfois les menstruations cessent complètement);
    • des étoiles vasculaires et de petites hémorragies localisées peuvent survenir;
    • les paumes des patients acquièrent souvent une teinte rougeâtre;
    • La liste des symptômes comprend des accès spontanés de tachycardie.

    Si vous avez ces symptômes, il est extrêmement important de consulter un spécialiste. Plus la maladie est détectée rapidement, plus la probabilité d'une issue favorable est élevée. Malheureusement, l’intensité des symptômes augmente progressivement, de sorte que les patients vont souvent chez le médecin déjà au stade de la cirrhose.

    Manifestations extrahépatiques

    L'hépatite auto-immune est une maladie systémique. Les patients sont souvent diagnostiqués non seulement avec des modifications nécrotiques inflammatoires du foie, mais également avec d'autres pathologies, notamment:

    • lupus érythémateux disséminé;
    • polyarthrite rhumatoïde de gravité variable;
    • certaines formes de thyroïdite;
    • anémie hémolytique;
    • Vitiligo (disparition de la pigmentation de la peau);
    • vascularite;
    • asthme bronchique;
    • diabète sucré insulino-dépendant;
    • poliomyélite;
    • alopécie, chez les hommes et les femmes;
    • la sclérodermie;
    • Le syndrome de Raynaud;
    • alvéolite fibrosante;
    • forme auto-immune de thrombocytopénie.

    Au cours du processus de diagnostic, il est extrêmement important de déterminer quels autres organes ont subi une auto-agression de leurs propres anticorps.

    Les principaux types de la maladie

    Il existe de nombreux systèmes de classification pour cette pathologie. Selon les anticorps pouvant être isolés du sang du patient, il existe trois types d'hépatite auto-immune.

    • Le plus commun est le premier type de maladie, qui est d'ailleurs le plus souvent observé chez la femme. Des anticorps antinucléaires et anti-muscles lisses sont présents dans le sang. La maladie est lente et répond bien au traitement immunosuppresseur.
    • L'hépatite de type II est plus fréquente chez les enfants âgés de 2 à 14 ans. La maladie progresse rapidement et les pronostics sont défavorables. Selon les statistiques, 40 à 70% des patients au moment du diagnostic ont déjà une cirrhose à un stade ou à un autre du développement. Les manifestations extrahépatiques de la maladie sont enregistrées plus souvent qu'avec le premier type d'hépatite. La maladie est plus résistante au traitement médicamenteux.
    • Le troisième type de maladie se caractérise par la présence d’anticorps dirigés contre l’antigène hépatique dans le sang. Le tableau clinique est similaire au premier type d’hépatite.

    Quelles complications une maladie peut-elle causer?

    L'hépatite auto-immune du foie est une pathologie extrêmement dangereuse. Si elle n'est pas traitée, la maladie se termine inévitablement avec des complications. Leur liste est assez longue:

    • insuffisance hépatique progressive pouvant conduire au développement d'une encéphalopathie dite hépatique (accompagnée de lésions toxiques du système nerveux entraînant le développement d'états dépressifs, d'une intelligence réduite, de changements de personnalité, etc.);
    • ascite (une pathologie dans laquelle le liquide s'accumule dans la cavité abdominale libre);
    • les varices de l'œsophage avec des dommages supplémentaires et des saignements massifs;
    • cirrhose du foie.

    C'est pourquoi le patient doit être régulièrement testé et surveillé par un médecin - c'est le seul moyen de détecter l'apparition de la détérioration.

    Mesures de diagnostic

    Si le patient présente les symptômes ci-dessus, le médecin vous prescrira des études supplémentaires. Il est possible de parler d'hépatite auto-immune dans les cas suivants:

    • les antécédents du patient ne contiennent pas d'informations sur l'abus d'alcool, les transfusions sanguines ni les médicaments qui affectent négativement le fonctionnement du foie;
    • une augmentation du taux d'immunoglobulines dans le sang est détectée (au moins 1,5 fois plus élevée que la normale);
    • l'étude du sérum n'a pas permis de détecter des marqueurs de maladies virales actives (cytomégalovirus, hépatites A, B et C);
    • détecté une augmentation des taux sanguins d'anticorps anti-SMA et ANA.

    Les patients doivent être soumis à une échographie des organes internes, ainsi qu'à la résonance magnétique et à la tomodensitométrie. Ces procédures fournissent au médecin des informations sur la taille du foie et les modifications de sa structure. Il est également possible de confirmer la présence d'une maladie de Wilson, d'une hépatite virale chronique, d'une dégénérescence graisseuse du foie, d'une cirrhose, d'une cholangite et de certaines autres maladies.

    Traitement conservateur

    En fonction des résultats des tests et de l'état général du patient, le médecin établira un schéma de traitement. Comment traite-t-on l'hépatite auto-immune? Les recommandations cliniques sont les suivantes.

    • La partie obligatoire du traitement prend des glucocorticoïdes. En règle générale, la prednisolone est utilisée. Selon le poids corporel, de 40 à 80 mg de ce médicament sont administrés aux patients. Le cours dure deux semaines, après quoi des tests de laboratoire sont effectués. Si l'état du patient s'est amélioré, la dose de prednisolone est progressivement réduite à 10-20 mg par jour.
    • Les patients prennent également des médicaments cytotoxiques qui inhibent l'activité du système immunitaire. L'azathioprine est efficace. Les patients prennent trois comprimés par jour. La thérapie dure de 2 à 6 mois.
    • L'acide urodésoxycholique est également inclus dans le schéma thérapeutique. Cette substance a un effet bénéfique sur le foie, accélère la régénération des hépatocytes.
    • Bien sûr, un traitement symptomatique est également effectué. Par exemple, en présence d'ascite et d'œdème, le patient est prescrit «Furosémide». Ce médicament est destiné à une utilisation à court terme, car il élimine le potassium de l'organisme.
    • En cas de saignement des gencives, d'hémorragies hypodermiques en pointillés, d'apparition de varicosités, les médecins recommandent de prendre la pilule de Vikasola trois fois par jour.
    • Avec la douleur et le malaise aide à faire face à la drogue "Riabal".

    Il est à noter qu'un traitement anti-inflammatoire et immunosuppresseur dure au moins 1 à 2 ans. Le patient subit régulièrement des tests afin que le médecin puisse évaluer l'effet du traitement à temps pour détecter une détérioration. Si vous avez réussi à obtenir une rémission, le schéma et le calendrier de traitement peuvent être légèrement modifiés. Selon les statistiques, dans 80% des cas, après la suppression complète des médicaments chez les patients, une rechute survient. Seuls certains patients sous traitement anti-inflammatoire peuvent atteindre une rémission stable. Mais même si la thérapie s'est terminée avec succès, le médecin doit toujours enregistrer la personne.

    Régime de l'hépatite

    Le traitement d'une telle maladie comprend nécessairement un régime alimentaire approprié. Une bonne alimentation aidera à soulager le foie. À quoi ressemble la nutrition dans une maladie comme l'hépatite auto-immune? Les recommandations sont les suivantes:

    • L'option idéale consiste en des repas fractionnés (taux de nourriture quotidien divisé en 5 à 7 réceptions);
    • vous devez limiter la quantité de sel à 5 ​​g par jour;
    • un jour, les médecins recommandent de boire au moins 1,5 litre d’eau;
    • les boissons alcoolisées sont strictement interdites;
    • il faut refuser les produits contenant du cacao, ainsi que les boissons gazeuses, le café, les légumineuses, les champignons, les épices, les noix, les agrumes, le lait entier, le miel;
    • il est permis de manger des bouillies, des variétés de viande et de poisson faibles en gras, des fruits et des légumes;
    • les aliments tranchants, frits, gras et en conserve sont contre-indiqués;
    • les plats doivent être cuits à la vapeur, bouillis ou cuits au four.

    Intervention chirurgicale

    En utilisant des méthodes conservatrices, vous pouvez arrêter les symptômes, ralentir le processus inflammatoire et le développement ultérieur de l'hépatite. Néanmoins, le traitement chirurgical de l'hépatite auto-immune est actuellement le seul moyen efficace d'éliminer cette pathologie. Dans ce cas, l’essence de la thérapie consiste à greffer au patient un nouveau foie.

    Bien sûr, la procédure est semée d'embûches. Il n’est pas si facile de trouver un donneur approprié, ce processus est parfois retardé de plusieurs années. De plus, l'opération est coûteuse et tous les chirurgiens ne sont pas qualifiés pour effectuer la greffe.

    C’est le seul moyen de se débarrasser de maladies telles que l’hépatite auto-immune. Les patients guéris doivent adhérer à certaines recommandations, bien manger et prendre les médicaments appropriés.

    Malheureusement, même après une greffe, des difficultés peuvent survenir. En particulier, il existe un risque de rejet d'organe. Pour une raison ou une autre, un foie greffé peut ne pas fonctionner correctement, entraînant une insuffisance hépatique. En outre, les médicaments pris par le patient suppriment l'activité du système immunitaire (ce qui aide à prévenir le rejet), ce qui rend les maladies infectieuses beaucoup plus difficiles - le rhume peut entraîner une pneumonie, une méningite ou une sepsie.

    Remèdes maison

    Vous savez déjà ce qu'est l'hépatite auto-immune. Les causes, les symptômes, le traitement conservateur sont tous des points importants. Cependant, de nombreux patients souhaitent savoir s’il est possible d’ajouter au traitement des remèdes maison. La médecine traditionnelle offre divers moyens d'améliorer le fonctionnement du foie.

    • L'avoine est considérée comme bénéfique car l'extrait de cette plante aide à restaurer les hépatocytes. Pour préparer le médicament, vous avez besoin de 350 g de grains non raffinés, que vous devez remplir avec trois litres d’eau. Mélanger le mélange à ébullition, puis «laisser mijoter» sur un petit feu pendant trois heures. Une fois le bouillon refroidi, il doit être égoutté. Vous devez prendre 150 ml deux fois par jour (de préférence 20-30 minutes avant les repas) pendant 2-3 semaines.
    • Les jus de légumes ont un effet positif sur l'état du foie. Par exemple, vous pouvez boire des jus de radis et de betterave mélangés en quantités égales (pas plus d'une tasse du mélange par jour). Il aide le jus (ou la purée) de citrouille fraîche, ainsi que le jus de viande fraîche ou de choucroute.
    • Dans le traitement de l'hépatite et d'autres maladies du foie, les produits de l'abeille sont largement utilisés, en particulier le miel, la propolis et la gelée royale.

    Il faut comprendre que l’hépatite auto-immune est une maladie grave, vous ne devez donc pas expérimenter avec des médicaments. Avant d'utiliser des remèdes à la maison, vous devriez consulter votre médecin.

    Hépatite auto-immune: prévisions pour les patients

    Dans ce cas, beaucoup dépend de la thérapie. Si le patient n'a pas reçu de soins médicaux adéquats, l'hépatite chronique auto-immune conduira inévitablement à une cirrhose, au développement d'une insuffisance hépatique et au décès du patient.

    Un traitement correctement choisi et démarré en temps voulu donne une chance aux patients - dans 80% des cas, les patients peuvent au moins partiellement se rétablir et vivre au moins 20 ans. Si le processus inflammatoire est associé à la cirrhose, le pronostic n’est hélas pas aussi favorable: 80% des patients décèdent dans les 2 à 5 prochaines années. La transplantation hépatique permet d'obtenir une rémission stable (le pronostic pour les patients pour les cinq prochaines années est plutôt favorable).

    Les maladies auto-immunes, qui incluent le diabète de type 1, la maladie de Hashimoto, la polyarthrite rhumatoïde et d'autres, deviennent de plus en plus courantes. S'ils ne sont pas diagnostiqués à temps, ils peuvent entraîner de graves problèmes de santé, parfois menaçant le pronostic vital. Vous devez connaître les principaux symptômes de la maladie auto-immune. En outre, il convient de noter que les femmes sont plus souvent confrontées à ce problème. Il est particulièrement important pour eux de dépister les signes de changements gênants dans le corps afin de consulter un médecin. Rappelez-vous que les maladies auto-immunes sont chroniques. Ils peuvent considérablement réduire la qualité de vie et même sa durée. Si vous les ignorez, un diagnostic opportun vous aidera à gérer la situation. Alors, voici dix des symptômes les plus caractéristiques à écouter.

    Douleur abdominale ou problèmes digestifs

    Les symptômes les plus prononcés des maladies auto-immunes sont les troubles digestifs, tels que la constipation ou la diarrhée. La maladie de Crohn, la maladie coeliaque, l'hypothyroïdie et d'autres maladies auto-immunes conduisent à de tels signes. Si vous ne pouvez pas faire face à des problèmes avec le tube digestif, même si vous mangez bien, n'hésitez pas à consulter un médecin. Cela vous permettra d’établir rapidement les causes de la situation.

    Processus inflammatoires

    Souvent, les processus inflammatoires qui accompagnent une maladie auto-immune ne sont pas visibles à l'œil nu, car ils se produisent à l'intérieur du corps. Néanmoins, certains changements peuvent indiquer qu'il est temps de consulter un médecin, par exemple le goitre. Ceci est une tumeur au cou associée à une hypertrophie de la glande thyroïde. Toutes les autres tumeurs sont également associées à des maladies auto-immunes, alors prenez-les aussi au sérieux.

    Fièvre persistante ou fréquente

    Un certain nombre de maladies auto-immunes commencent par un virus qui attaque l'organisme. Pour cette raison, vous remarquerez peut-être une fièvre qui disparaîtra rapidement ou deviendra un symptôme constamment récurrent. Vous ne pouvez pas faire face à la hausse des températures? Il est probable que le cas concerne une maladie auto-immune.

    Fatigue

    Imaginez que votre système immunitaire soit affaibli par une maladie auto-immune. Plus l'attaque de la maladie sur votre corps est intense, plus vous vous sentirez fatigué. S'il vous semble que vous ne pouvez pas revigorer même après une longue nuit de sommeil, il s'agit d'un symptôme alarmant, éventuellement associé à des maladies auto-immunes. Hépatite auto-immune, maladie cœliaque, maladie de Hashimoto, anémie hémolytique ou inflammation de l'intestin - tous ces problèmes peuvent être associés à la manifestation de la fatigue. C’est un problème grave, alors n’essayez pas de l’ignorer.

    Tumeurs aux amygdales

    La polyarthrite rhumatoïde peut se manifester par une inflammation des amygdales, en particulier si une personne souffre d'une maladie depuis longtemps. Le lupus et la sarcoïdose peuvent également entraîner une augmentation de la taille des amygdales, ce symptôme peut donc être qualifié de clé.

    Irritation cutanée et éruptions cutanées

    Une peau irritée et des éruptions cutanées peuvent indiquer que vous êtes allergique, mais parfois la cause est différente. Cela suggère que votre système immunitaire ne fonctionne pas de la meilleure façon. Le diabète de type 1, la maladie de Hashimoto, le psoriasis et bien d’autres apparaissent lors de modifications cutanées.

    Sensation de picotement

    Si vous ressentez constamment des picotements dans les jambes et les pieds, consultez un médecin. Des fourmillements peuvent indiquer que vous avez un syndrome de Guillain-Barré grave. Parmi les autres signes indiquant cette maladie, il convient de noter une accélération du rythme cardiaque, des difficultés respiratoires et même une paralysie.

    Changements de poids

    Si votre poids est resté inchangé toute votre vie, puis a soudainement commencé à grossir, cela peut indiquer que le système immunitaire de votre corps ne fait pas face à sa tâche et qu'il affecte négativement votre métabolisme. Une perte de poids soudaine ou un gain de poids important peut être associé à diverses maladies auto-immunes, notamment la maladie de Hashimoto ou la maladie grave, ainsi que la maladie cœliaque.

    Changements de couleur de peau

    Si vous vous réveillez et remarquez une teinte jaune sur la peau et les yeux, cela peut être un symptôme d'hépatite auto-immune. Si vous voyez soudainement des taches blanches apparaître sur votre peau, c'est un signe de vitiligo.

    Allergies alimentaires

    Les allergies alimentaires sont un autre signe de maladie auto-immune. Beaucoup de gens pensent qu'il est facile de résoudre un problème avec des comprimés d'antihistaminiques, mais parfois cela n'aide pas, car la réaction est provoquée par une maladie - la maladie cœliaque ou la maladie de Hashimoto. Les allergies peuvent ne pas apparaître comme une éruption cutanée ou des démangeaisons. Au lieu de cela, votre corps va commencer à accumuler plus d'eau, vous pouvez également faire face à des troubles digestifs. Dès que vous remarquez que quelque chose ne va pas après avoir mangé un aliment, consultez un médecin.

    Beaucoup d'entre nous ont entendu parler d'une maladie comme l'hépatite auto-immune. Quelle est cette pathologie? C'est une maladie chronique qui est un événement inflammatoire non résolu dans un organe aussi important pour notre existence que le foie. Cette pathologie n'a pas de nature établie.

    Qu'est-ce qui se passe quand cela se produit?

    Si l'hépatite auto-immune est diagnostiquée, qu'est-ce que cela signifie? Ceci est une pathologie grave pour des raisons complètement incompréhensibles, détruit progressivement les cellules du foie. Et dans ce processus, la maladie aide le système immunitaire du corps. Dans la première phase de la maladie, l'inflammation du parenchyme se produit, c'est-à-dire la partie principale de l'organe. Ce processus progresse rapidement et peut entraîner une cirrhose du foie.

    Lorsque cela se produit, la mort cellulaire de l'organe si important pour nous, les hépatocytes, survient. Leur place est immédiatement remplie de tissu conjonctif grossier et inélastique. En conséquence, le foie est simplement incapable de remplir qualitativement ses fonctions.

    Vous pouvez trouver des noms différents pour cette maladie. Cependant, la pathologie la plus courante dans la littérature médicale est appelée hépatite auto-immune chronique active. Il s'agit d'une maladie rare qui touche principalement les filles de plus de 10 ans et les femmes de moins de trente ans.

    Les symptômes

    Les manifestations cliniques de la pathologie sont différentes. Ainsi, un quart des patients ne présente aucun symptôme d'hépatite auto-immune. Et cela continue jusqu'à ce que la personne présente des complications. Dans de tels cas, la maladie rattrape soudainement la personne ou elle présente tous les symptômes de l'hépatite virale ou d'autres signes indiquant une atteinte hépatique. Dans la première variante du développement des événements, une personne commence à être perturbée par une faiblesse. Ses fluides biologiques deviennent de couleur sombre. La peau, ainsi que les muqueuses, jaunissent, l'appétit disparaît. Dans le second cas, il existe des symptômes de nature extrahépatique. C'est pourquoi les médecins suggèrent souvent la présence dans le corps de diverses maladies systémiques, telles que la polyarthrite rhumatoïde, le lupus érythémateux, etc.

    Mais en général, les manifestations pathologiques sont une fatigue excessive, une fièvre, une augmentation de la température corporelle jusqu’à 39 degrés, des ganglions lymphatiques enflés, de l’acné, des douleurs abdominales, en particulier dans l’hypochondre droit, une violation des articulations, ainsi que la croissance active des poils dans toutes les parties du corps.. Si la maladie commence à provoquer la synthèse d'hormones surrénaliennes produites en excès, le patient peut ressentir une diminution du tissu musculaire des jambes et des bras, une prise de poids rapide, l'apparition de vergetures sur les hanches et une rougeur vive sur les joues.

    Parfois, les patients ont une maladie soudaine, aiguë et très difficile. Tout cela s'accompagne de l'apparition d'une hépatite fulminante, qui provoque la mort rapide de la plupart des cellules du foie. Ceci, à son tour, conduit à la formation rapide de toxines qui affectent négativement, puis affectent le cerveau. Très difficile à être, si vous avez déjà apparu l'hépatite auto-immune (symptômes), le traitement. Le pronostic dans de tels cas, les médecins donnent extrêmement défavorable pour le patient.

    Types de maladie

    Le traitement de l'hépatite auto-immune dépendra directement de son type. Un type particulier de pathologie est déterminé par la présence d'un certain type d'anticorps dans le sérum. Parallèlement, il existe trois types d'hépatite chronique auto-immune:

    1. Dans le premier type de maladie, des anticorps protéiques dirigés contre la protéine actine, des cellules musculaires lisses et des anticorps antinucléaires sont détectés.

    2. Le second type de maladie est caractérisé par la présence d’anticorps dirigés contre les microsomes, les cellules des reins et du foie.

    3. Le troisième type de pathologie est diagnostiqué lors de la détection d'anticorps dirigés contre une substance responsable de la synthèse des protéines, c'est-à-dire un antigène hépatique soluble.

    Causes de la pathologie

    L’hépatite auto-immune est une maladie dans laquelle l’immunité d’une personne entame une lutte active contre ses propres cellules et tissus parfaitement sains. Quelles sont les causes de ce phénomène? La médecine moderne ne peut pas encore répondre à cette question. Cependant, des scientifiques ont émis l'hypothèse que diverses maladies virales précédemment transmises, notamment l'hépatite A, ainsi que B et C, l'herpès, le virus d'Epstein-Barr, provoquent une défaillance similaire des défenses de l'organisme.

    Certains chercheurs sont d'avis qu'un certain gène joue le rôle principal dans le développement de diverses maladies auto-immunes. Cependant, il convient de noter que la maladie chez les enfants de moins de 10 ans n’est presque jamais détectée.

    Diagnostics

    Le traitement de l'hépatite auto-immune sera beaucoup plus efficace si la maladie est détectée tôt dans son développement. Cependant, le diagnostic de pathologie est extrêmement difficile. En règle générale, les médecins ne font un tel diagnostic qu’avec l’élimination progressive d’autres maladies. Pour ce faire, le médecin analyse les plaintes du patient et l'anamnèse de sa vie. Tout cela se passe pendant la conversation. Dans le même temps, le spécialiste découvre ce qui inquiète une personne et combien de temps cela dure.

    Vient ensuite un examen physique, au cours duquel le médecin examine les muqueuses et la peau, mesure la température corporelle du patient, frappe et sent le foie, découvre sa douleur et augmente de taille. En cas de suspicion de présence d'une pathologie, des tests de laboratoire sont effectués. Ils sont conçus pour identifier le niveau d'activité de la globuline et de l'enzyme AST. Une référence à un test sanguin immunologique est également donnée. Examinez-le et la présence du virus de l'hépatite A, ainsi que des virus B et C. Le médecin donne des instructions au coprogramme. Au cours de cette étude, on vérifie la présence de particules de nourriture non digérées.

    Si nécessaire, diagnostics instrumentaux. Il comprend une échographie, un examen de l'estomac, de l'œsophage et du duodénum à l'aide d'un appareil endoscopique. Cette étude est conçue pour éliminer la présence de tumeurs de différentes étiologies. Le patient est envoyé pour une biopsie du foie, au cours de laquelle un petit échantillon du tissu de cet organe est prélevé aux fins de son examen histologique.

    Une fois que le diagnostic d'hépatite auto-immune a été révélé et que le médecin vous a prescrit le traitement, toutes les recommandations doivent être strictement suivies. Seulement dans ce cas, nous pouvons parler de pronostic favorable pour le développement de la maladie.

    Moyens d'éliminer la pathologie

    Une fois que l'hépatite auto-immune (symptômes) a été identifiée et que le traitement de cette maladie est devenu vital, le médecin peut appliquer plusieurs méthodes. Ils sont comme suit:

    - en conformité avec un régime strict;

    - en pharmacothérapie;

    - dans la conduite d'une intervention chirurgicale.

    Considérez toutes ces méthodes plus en détail.

    Régime alimentaire

    Le traitement de l'hépatite auto-immune chronique, qui est au stade aigu, est effectué dans le strict respect du repos au lit. Au début de la phase de rémission, il suffit au patient d’organiser correctement son régime de travail et de repos, tout en évitant toute sorte de surmenage (émotionnel et physique). En outre, il est important d'éliminer les effets sur le foie de diverses substances toxiques, notamment l'alcool et les médicaments, excrétés par cet organisme. En période de rémission, les procédures physiothérapeutiques qui affectent la région du foie ne doivent pas non plus être effectuées. Interdit et balnéothérapie.

    Pour la normalisation de l’état du patient, une nutrition adéquate est d’une importance primordiale. Lors du traitement de l'hépatite auto-immune chronique, les gastro-entérologues recommandent l'utilisation d'un régime alimentaire (tableau numéro 5). Il comprend les soupes de légumes et les viandes maigres (volaille, bœuf). Dans le régime alimentaire des patients peuvent être inclus les poissons cuits au four ou bouillis. Le régime alimentaire, recommandé dans les cas où le traitement de l'hépatite chronique auto-immune est requis, comprend des produits tels que le fromage cottage faible en gras et le fromage et, en l'absence d'intolérance, les produits laitiers et les produits à base de lait fermenté. Lors de la préparation d'aliments pour les personnes souffrant d'hépatite auto-immune, il est important d'utiliser du beurre et de l'huile végétale uniquement en petite quantité. Devrait être limité et l'utilisation d'œufs. Ils peuvent être inclus dans le régime seulement 2 ou 3 fois par semaine pour 1-2 oeufs par jour.

    Le régime ne prévoit aucune restriction en ce qui concerne les légumes et les fruits non acides. Cependant, leur utilisation, comme tout autre aliment autorisé, doit nécessairement rester dans des limites raisonnables.

    Le régime recommandé pour une personne traitée pour une hépatite auto-immune exclut les aliments frits, les viandes grasses, les collations salées et épicées, l'oseille et les épinards, le cacao et le café fort, l'alcool et les conserves. La puissance en même temps doit être fractionnaire. Il est important de manger au moins quatre fois par jour, et il est préférable que le repas soit préparé six fois. Il est également important de maintenir un régime alimentaire équilibré pour que le corps reçoive toutes les substances nécessaires.

    L'usage de drogues

    Si le traitement de l'hépatite auto-immune est requis, l'algorithme des actions du médecin dépendra du stade et de l'évolution de la pathologie. Mais dans tous les cas, en plus de suivre le régime, le patient reçoit les médicaments nécessaires. Selon ce qui est observé chez un patient présentant un diagnostic d'hépatite auto-immune, la clinique, le traitement par un spécialiste peut être prescrit à l'aide de différents médicaments.

    Étant donné que la cause principale de cette pathologie est l'hyperactivation et l'insuffisance des défenses de l'organisme, qui commencent à détruire de manière intensive les cellules hépatiques saines, le médecin inclura nécessairement des médicaments en cours de traitement visant à supprimer le système immunitaire. Ce sont des médicaments immunosuppresseurs, hormonaux et anti-inflammatoires. Ceux-ci comprennent principalement des médicaments tels que la prednisolone et l’azathioprine. Ces deux médicaments sont utilisés dans les cas où le traitement de l'hépatite auto-immune est effectué. Au cours de la thérapie, ils peuvent être prescrits individuellement ou conjointement.

    Quant à la "Prednisolone", ce médicament a un large spectre d’action. Il a un effet positif sur tous les types de processus métaboliques et vous permet également d’obtenir un assez bon effet anti-inflammatoire. Sous l'influence de ce médicament, l'activité du processus pathologique est réduite. Et ceci est dû à la fois à l'effet immunosuppresseur direct de l'agent sur les cellules K et à son effet inducteur sur la fonction suppressive des lymphocytes T.

    Seules des doses élevées de ce médicament peuvent fournir un traitement efficace si un traitement contre l'hépatite auto-immune (symptômes) a été identifié. Le pronostic de la maladie dans de tels cas est assez favorable. Ainsi, lors des études cliniques en cours d'administration avec l'utilisation du médicament Prednisolon, une diminution de l'intensité et de la fréquence des réactions immunopathologiques observées dans le tissu hépatique a été observée.

    L'azathioprine est un autre médicament destiné au traitement de l'hépatite auto-immune. Il affecte la réponse immunitaire par le biais du mécanisme de suppression d’un clone de cellules immunitaires en développement actif, ainsi que par l’élimination de l’élimination des cellules inflammatoires.

    Le médicament "Azathioprine" affecte à la fois les réponses immunitaires primaire et secondaire. Cependant, lorsqu’ils traitent avec ce médicament, de nombreux experts notent son effet insuffisant. Ceci est dû à une violation de l'activation du médicament, ainsi qu'à l'accélération du processus de sa destruction en cas de maladie du foie. Pour éliminer ce problème, un autre médicament hormonal, la prednisolone, est également administré en parallèle du traitement. Il est capable d'activer l'action "Azathioprine". En outre, les effets secondaires après traitement de l'hépatite auto-immune lors de l'utilisation combinée de deux médicaments sont quatre fois moins importants que ceux observés avec l'utilisation d'un seul prednisolone. Cela indique clairement la nécessité d'une telle approche thérapeutique.

    L'utilisation simultanée de deux médicaments inhibe le développement du processus inflammatoire et permet aux défenses de l'organisme d'éliminer les défaillances existantes. Malheureusement, les patients sont obligés de prendre ces médicaments de six mois à quatre ans. En même temps, les médecins ne donnent aucune garantie que ce cours sera le seul. De nombreux patients doivent le répéter plusieurs fois au cours de leur vie.

    Un algorithme de traitement similaire est également utilisé dans les cas où l'hépatite auto-immune est traitée chez les enfants.

    Pour éliminer la pathologie peut être utilisé coenzyme et médicaments métaboliques. Ce sont des complexes de vitamines et de multivitamines tels que "Cocarboxylase", "Riboxine" et beaucoup d'autres. Les hépatoprotecteurs, qui contiennent des phospholipides, sont également utilisés dans la thérapie complexe. Ce sont des médicaments tels que "Livolin", "Essentiale", "Heptral" et beaucoup d'autres. Selon les experts, la désignation de tels fonds ne devrait être faite qu'en rémission, lorsqu'il n'y a pas de processus inflammatoire prononcé.

    Afin d'éliminer de l'organisme les produits métaboliques toxiques que le foie ne peut pas manipuler, les médecins prescrivent un traitement par perfusion intraveineuse. En règle générale, dans de tels cas, le médicament «Reosorbilact» ou une solution saline est utilisé. La procédure est effectuée sous le contrôle constant de la pression artérielle et de l'excrétion de l'urine.

    Traitement alternatif

    Les traitements utilisant une combinaison de médicaments tels que la prednisolone et l'azathioprine sont utilisés efficacement dans la pratique médicale depuis près de cinq décennies. Cette thérapie a considérablement augmenté l'espérance de vie des patients atteints d'hépatite auto-immune.

    Cependant, de nos jours, les discussions sur l'utilisation d'autres régimes, qui seraient plus courts pour les patients et causeraient moins d'effets secondaires, deviennent de plus en plus brûlantes. Par exemple, les experts envisagent la possibilité de réaliser Budenofalk, un traitement auto-immune de l'hépatite. C'est un médicament appartenant au groupe des glucocorticoïdes de la 2e génération. En outre, il a un minimum d’effets secondaires et est métabolisé à 90% par le foie au premier passage. Cela contribue au rétablissement de la santé chez les patients souffrant d'hépatite auto-immune.

    Les résultats des essais cliniques ont prouvé de manière convaincante que Budenofalk, en association avec l’azathioprine, induisait et maintenait une rémission prolongée chez les patients atteints d’hépatite auto-immune qui ne présentaient pas encore de signes de cirrhose du foie. Dans ce cas, la thérapie s'est terminée par l'apparition d'effets secondaires plus faibles qu'après l'utilisation de "Prednisolone".

    Selon les chercheurs, ce médicament est en mesure de devenir un nouveau standard de traitement clinique utilisé pour se débarrasser de l'hépatite auto-immune.

    Traitement chirurgical

    Dans les cas où l’utilisation d’un traitement médicamenteux pendant quatre ans n’améliore pas l’état du patient et ne normalise pas ses indices sanguins biochimiques, le patient subit une intervention chirurgicale.

    C'est une greffe d'un organe donneur. En règle générale, une partie du foie du sang d’une personne est prélevée à cet effet.

    Remèdes populaires

    L'utilisation de fonds, dont la formulation a été créée par les guérisseurs sur la base de composants naturels, permet d'évacuer la bile, d'éliminer les nausées et l'intoxication, ainsi que de soulager la douleur.

    Il convient de garder à l'esprit que si l'hépatite auto-immune survient chez une personne, le traitement par des remèdes populaires n'apportera qu'un soulagement des symptômes de la maladie, mais ne permettra pas à quelqu'un de s'en débarrasser. De telles méthodes ne sont assez efficaces que pour les pathologies faciles à traiter. Cela fait référence à l'hépatite A ou à son type toxique.

    Bien prouvé dans la lutte contre les phénomènes inflammatoires dans le foie diverses herbes qui ont un effet cholérétique. À partir d’eux préparer des infusions et des décoctions. Ces plantes médicinales comprennent:

    - racines et feuilles d'ortie;
    - menthe et anis;
    - millefeuille;
    - graines d'aneth;
    - le millepertuis;
    - feuilles de bouleau.

    Les herbes médicinales sont des frais qui prennent avant les repas. L'infusion préparée d'églantier remplace le thé. Buvez-le avec une paille, car cet outil a un effet négatif sur l’émail des dents.

    Un effet positif sur l'état du foie et du jus de divers légumes, car il contient une grande quantité de vitamines et d'éléments bénéfiques. Jus pour le traitement de l'hépatite à la maison peuvent être utilisés jus:

    - topinambour;
    - pommes de terre crues;
    - carottes, diluées avec de l'eau;
    - feuilles de céleri et de pissenlit;
    - betteraves crues, diluées avec de l'eau.

    Prévisions

    Le taux de survie des patients souffrant d'hépatite auto-immune dépend entièrement de l'intensité du processus inflammatoire dans le foie. Dans les cas bénins, dans 80% des cas, il a plus de 15 ans. Cependant, en l'absence d'un traitement complet et en cas de maladie grave, seuls quelques-uns parviennent à vivre plus de cinq ans.

    Publications Sur Le Diagnostic Du Foie

    Remèdes populaires de traitement de l'obésité hépatique

    La cirrhose

    Pourquoi cela se produit-il, homme mince, il n'y a pas une seule goutte de graisse en excès, le poids correspond à la taille, et le médecin pose un terrible diagnostic - obésité du foie?

    Propriétés médicinales et caractéristiques de l'utilisation de la bile d'ours

    L'hépatite

    Chers lecteurs, La bile d'ours est réputée pour sa capacité à dissoudre les calculs de cholestérol, que l'on trouve dans 80% des cas de cholélithiase.

    Caractéristiques de l'alimentation avec des pierres dans la vésicule biliaire

    L'hépatite

    La congestion dans le système biliaire conduit à un épaississement de la bile. Il augmente sa concentration et devient visqueux, tandis que les sels dans sa composition sont précipités au bas de l'organe biliaire.

    Nutrition après le retrait de la vésicule biliaire: régime alimentaire, menus, recettes

    Les symptômes

    Le retrait de la vésicule biliaire ou cholécystectomie est une opération qui affecte de manière significative les caractéristiques de la digestion et nécessite un ajustement du mode de nutrition.